Pathologie interne animaux

Pathologie interne des animaux domestiques

par Cadéac


* Chapitre Intestin


- Coliques violentes
ou Entérite suraigue
ou congestion intestinale
ou apoplexie intestinale
ou Tranchées rouges

Cadéac insiste: les coliques violentes qui résistent aux narcotiques sont mortelles.

"Mais les coliques sont généralement trop violentes pour qu'on puisse parvenir à faire ingérer ces médicaments, qui risquent de faire fausse route et de déterminer une pneumonie gangreneuse".

Il vaut mieux les administrés par injections que par voie orale: la prise alimentaire étant le plus souvent impossible.
L'auteur recommande dans les cas possibles de faire ingérer à l'intérieur de la teinture d'opium ou du camphre ou encore de l'asa foetida.

Les animaux qui se rétablissent recevront un régime alimentaire à base de carotte qui "est un très bon aliment dans toutes les affections intestinales par la pectose qu'elle renferme; elle est en même temps un régulateur des fonctions digestives."

- Entérites (microbiennes)

* Chez les équidés.

Dans la gastrite (estomac) les animaux refusent les solides mais continuent à boire.
Dans l'entérite ils ne boivent même plus.

Dans la forme chronique, il faut stimuler l'appétit à l'aide des stomatiches, d'électuaires de poudre de réglisse, de gentiane, d'essence de térébenthine, de miel et de tous les agents qui renferment des toniques analeptiques.
L'aloès à la dose de 10 grammes, le gingembre, la rhubarbe, le houblon, le rhizome d'acore, la décoction de genièvre, de gentiane, méritent également d'être employés.

La diarrhée peut être arrêtée par l'emploi des astringents, par des décoctions d'écorce de saule, de chêne et, de préférence, à l'aide des opiacées.

* Chez le boeuf

Entérite aigue:
La douleur est combattue par l'administration d'huile d'olives à la dose de deux à trois litres qu'on fait absorber par petites gorgées.
Le laudanum à la dose de 30 grammes dans deux litres d'eau froide est le complément indispensable.

Mais Cadéac précise que le traitement interne est moins efficace que les injections hypodermiques.

La constipation est combattue par les purgatifs (rhubarbe à la dose de 300 grammes; l'aloès à la dose de 25 grammes; la teinture d'héllébore à la dose de 150 à 200 grammes dissous dans une décoction mucilagineuse - eau de mauve, de guimauve ) administrés deux à trois fois dans la journée produisent de bons effets.

L'huile de ricin à la dose de un litre chez les grands ruminants, est le purgatif le moins dangereux et le plus efficace; il facilite le glissement des matières alimentaires et ne détermine pas de contractions intestinales trop énergiques.

La coloquinte, le jalap et la bryone sont irritants et dangereux.

Les fermentations intestinales et gastriques anormales sont combattues par tous les purgatifs qui précèdent et par les antiseptiques locaux.

Le camphre, la poudre de cannelle à la dose de 40 grammes sont de bons antiseptiques du tube digestif.

Après l'évacuation du contenu intestinal, il faut exciter l'appétit à l'aide d'électuaires composés de poudre de gentiane, de poudre de réglisse, de genièvre, d'essence de thérébentine ou de rhizome d'acore.

Les excitants de l'appétit comme la gentiane et la noix vomique, des toniques comme la rhubarbe ...

Les graines d'anis, de fenouil et surtout l'ail et la moutarde jouissent de propriétés excitantes et générales très prononcées.

- Entérite chronique:

Les animaux sont très affaiblis, il faut leur donner des toniques (petite centaurée, ail, absinthe, hysope, sauge, calamus aromaticus).
Ne pas donner les plantes calmantes comme l'origan, l'angélique.
Pour relancer le péristaltisme intestinal il faut utiliser des limonades acides ou l'oseille.
Administrer du café.
Donner des semences chaudes et excitantes (carvi, coriandre, carmin, fenouil) et des décoctions d'écorce de saule qui renferment de l'acide salicylique, désinfectant du tube digestif.

- Dysenterie Bovine:

Pour combattre l'infection générale on peut utiliser les injections sous cutanées de solutions d'essence de thym , de serpolet au 1/10 ou d'essence de girofle au 1/15.

Pour calmer l'irritation de la muqueuse gastro-intestinale les breuvages miellés sont indiqués.

Traiter la diarrhée par les absorbants: craie 40 grammes; poudre de charbon de peuplier 38 grammes et les astringents.

Traiter la fièvre: poudre de quinquina , 40 - 60 grammes.
Réveiller l'organisme.

- entérite cattharale

* bovin:

mettre l'animal à la diète
traiter ensuite la diarrhée ou la dysenterie à l'aide de tisane d'orge ou de riz, de boissons laudanisés
les décoctions de feuilles de noyer ou de chêne, les feuilles de ronces, de bédagas ou galles des rosiers, l'écorce d'ormeau ont une action astringente très efficace
il faut éviter de prolonger cette médication susceptible de déterminer une constipation
le millefeuille, la potentille, la centaurée ont été préconisés pour arrêter l'exsudation intestinale
l'ipéca à la dose de trois grammes environ, donne d'excellents résultats: il rétablit la rumination, agit comme tonique

* entérite des volailles

comparée aux principes antiseptiques comme le salol, le benzo-naphtol, "certaines plantes aromatiques qui renferment des essences puissamment antiseptiques sont encore plus faciles à administrer"

" le thym, le serpolet, les feuilles de verveine, de géranium, la poudre de cannelle et de girofle sont antiseptiques"

la médication antidiarrhéique peut être instituée: l'eau de riz ou le riz
quand elle demeure inefficace, on peut préparer la pâtée avec une légère décoction d'écorce de chêne ou de feuilles de ronces
les baies de genièvre et les graines de pignon sont un complément

la médication tonique repose sur une alimentation de choix secondée par quelques excitants comme la sauge, l'absinthe, l'hysope, le romarin, le fenouil, l'anis, le coriandre et quelques reconstituants comme le quinquina, l'huile de foie de morue, le café ou le thé

- coccidiose

l'écorce de chêne et le camphre sont peu efficaces

poudre carminative composée à parties égales de fenouil, d'anis, coriandre, gentiane, gingembre et aloès


- moniézia et vers plats (cestodes) des ruminants

le kamala, le kousso et la fougère mâle sont très efficaces


- verminose des chiens

la santonine et la noix d'arec sont les remèdes les plus efficaces sur les nématodes ou vers ronds

- vers des volailles

l'ail; l'absinthe; l'armoise; le semen contra et le kamala agissent efficacement

 

 

* * *

 


* Chapitre Estomac

 

- Stomatites

Selon Cadéac, "la plupart des solutions d'essences conviennent bien mieux que tous les antiseptiques minéraux."

De plus il compare pour la désinfection de la bouche, l'utulisation de solutions à l'essence de myrrhe au 1/10, de l'essence de thym au 1/10 et du jus de citron.

La désinfection par les essences de thym, de cannelle, de girofle, de verveine est encore comparée à l'usage du jus de citron dans les stomatites microbiennes.

- Ruminite:

On combat l'inflammation par les plantes émollientes (fleurs fraîches de mauve, racine de guimauve; 1 poignée de chaque), les adoucissants (miel, réglisse).

Un laxatif doux est également nécessaire comme les feuilles de séné (20 grammes pour les bovins).

Pour soutenir les forces des malades, les toniques: gentiane, quinquina.


- Indigestion gazeuse et spumeuse:

Faire marcher les animaux: cela réveille ou stimule la fonction digestive et évacue ainsi l'excès de gaz.

Aucun traitement médicamenteux ne peut rivaliser avec le trocart selon Cadéac.

"Les infusions alcooliques de cumin, sauge, absinthe, fenouil, sont antifermentiscibles et ont surtout la propriétés d'exciter la contactractilité du rumen.
Ce sont des excitants extremements puissants qu'on peut utiliser dans tous les cas d'atonie digestive.
On administre ces breuvages à petites doses, qu'on répète fréquemment."

Pour Cadéac, l'ammoniaque n'est pas un absorbant des gaz, il est utile que comme excitant du rumen.
La lessive de cendre et l'eau savonneuse ne sont pas efficace.

 

- Indigestion par surcharge d'aliments:

Quand l'indigestion est légère, les moyens mlédicamenteux peuvent suffire.

A la marche au pas, "on peut joindre des infusions excitantes de plantes aromatiques: sauge, absinthe, hysope; des liquides fermentés (vin, bière); du café (on a vu la rumination revenir après l'ingestion de 150 grammes de café, dans deux litres d'eau).

Les purgatifs à petites doses pour ne pas irriter le rumen sont également indiquer.

Si ces moyens ne suffisent pas il ne faut pas attendre et utiliser le trocart.

 

- Inflammation du Feuillet:

Breuvages émollients à l'aide d'eau de riz, de mauve, de racine de guimauve, eau de graines de lin additionnée de miel; les purgatifs pour désengorger le feuillet.
Mais ceux-ci restent faiblement actifs sur le feuillet.

"Les infusions aromatiques de camomille, de menthe, de sauge, de thym, de serpolet conviennent pour stimuler les fonctions digestives."

Ces infusions séjournent surtout dans le rumen et sont donc peu efficaces.

La poudre de noix vomique, peut remplacer les injections d'alcaloides.


- Syngamose:

Contre les parasites du jabot et de l'oeusophage des volailles: les gousses d'ail, l'essence de térébenthine diluée dans l'huile d'olive ou le semen contra sont efficaces.

l'ail renferme une essence qui est à la fois antiparasitaire et qui s'élimine par le poumon

on a aussi employé l'asa foetida ou le gingembre mélangé à parties égales de gentiane pulvérisée


- Ulcères digestifs:

Le bicarbonate de soude convient pour neutraliser l'acidité gastrique.
La craie préparée à la dose de 5 grammes convient pour les chevaux à absorber les gaz.

Chez les bovins, la craie et le bicarbonate de soude donné de 5 grammes par prise (25 grammes par jour) donnent d'excellents résultats dans les formes douloureuses et hémorragiques.

Les antiseptiques du système digestif et les tannins cicatriseront les ulcères.


- Gastrites chroniques:

Les excitants de l'estomac (infusions de camomille, menthe; le sel; la noix vomique 6 grammes chez le cheval) et les alcalins (bicarbonate de soude 5 à 10 grammes) sont naturellement indiqués.

Dans tous les cas de troubles digestifs, la cuisson des aliments permet de calmer l'estomac (thé de foin; boissons farineuses et racines cuites).

L'opium et les analgésiques empêchent par leur action sur la douleur, la rupture de l'estomac.


- Indigestion de la Caillette:

Donner des excitants ou des stimulants pour réveiller l'activité de la caillette (infusions de camomille, de menthe, de tilleul, de café, thé) ; de breuvages légèrement alcoolisés (vin, bière, cidre).

Faire promener l'animal.

La noix vomique associée au baies de genièvre peut donner de bons résultats.

Chez les veaux, 2 grammes par jour de bicarbonate de soude donne d'excellent résultat.

 


* * *

 

 

* Chapitre Pancréas, Foie, Péritoine, Fosses nasales et Sinus

 

- livre 2 : appareil respiratoire


- coryza des moutons

les décoctions chaudes de guimauve, de mauve, d'infusions de plantes aromatiques, les tisanes de bourrache additionnées de miel hatent la guérison

- coryza du chien

les fumigations d'infusions de fleur desureau, de camomille, de goudron, d'essence de térébenthine assurent la perméabilité des cavités nasales, tarissent leurs sécrétions et désinfectent ces régions

l'essence de citron, à la dose de 1 à 2 grammes par jour, avec un peu de lait, prévient les accès de dyspnée et désinfecte:elle s'élimine avec l'air expiré et opère la désinfection des cavités nasales


- sinusite du cheval, des bovins

les fumigations antiseptiques pénètrent dans toutes les anfractuosités des sinus et en assurent la désinfection
le goudron, les plantes aromatiques remplissent parfaitement cette indication

 

* chapitre: poumons


- bronchite non infectieuse

pour calmer la toux et la douleur: aconit, belladone, opium

boissons excitantes (vin chaud, alcool à la dose de 150 grammes par jour chez le cheval)

 

- bronchite infectieuse

antisepsie des voies respiratoires: essence de térébenthine, goudron, créosote s'éliminent par le poumon, modifient ou tarissent les sécrétions bronchiques

l'alcool ou le vin, le café ou le thé, tous les excitants combattent la dépression

l'acide salicylique ou la quinine sont des antifébriles très efficaces pendant les premiers jours

la digitale ou le strophantus régularisent le coeur

les révulsifs calment le coeur et désengorge le poumon

calmer la toux (contre les spasmes du larynx) : belladone et camphre; inhalations d'essence de térébenthine

chez le chien: essence d'eucalyptus

cadéac explique que les fumigations sont moins efficaces que la prise interne de substances s'éliminant par les poumons


- pneumonies

les infusions excitantes, composées de vin chaud, de feuilles de sauge, de petite centaurée, stimulent l'organisme et provoquent la sudation; elles concentrent le sang et diminuent l'exsudation

les antipyrétiques: la saignée a longtemps été conseillée (diminuant la température de 0,5 à 1 degré) tout comme l'alcool ordinaire à la dose de 100 à 200 grammes par jour divisé en quatre doses ou l'administration de un à deux litres de vin
on possède maintenant des antipyrétiques plus efficaces

le bicarbonate de soude liquéfie le sang comme la saignée

l'émétique des anciens n'abaissent que de quelques dixièmes de degré la température

la quinine et l'acide salicylique sont inférieurs à l'antipyrine

les désinfectants pulmonaires: le goudron, la créosote, l'essence de térébenthine sont antipyrétiques et antiseptiques

toutes les essences peuvent exercer une action analogue à celle de l'essence de térébenthine
il serait logique de la remplacer par celles qui ont une plus grande action antiseptique
les essences peuvent congestionner les poumons mais les diurétiques corrigent ces effets (digitale, 10 à 12 grammes par jour chez le cheval; café ou sel de nitre).

les toniques: vin ou alcool, café

les antiputrides: créosote, goudron, essence de verveine, de géranium, surtout de thym et de serpolet qui sont de puissants antiseptiques

pour exciter l'appétit: le café, la noix vomique, poudre de réglisse, de gentiane et de miel


* bovin:

les aromatiques , le goudron, l'essence de térébenthine peuvent être avantageusement employés pour désinfecter les poumons

les antipyrétiques comme le quinquina, l'acide salicylique, l'alcool, la saignée

 
- broncho-pneumonie vermineuse

on a conseillé des agents antiseptiques composés d'huiles essentielles (absinthe, tanaisie, goudron, incorporés à du pain ou mélangés à la farine et à de l'eau salée)

l'essence de térébenthine est curative
la fougère mâle peu aussi être utile


* * *

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×