plantes O

 

 

 

 

L'OIGNON

 

- L'oignon - la cebo, comme on dit en langue d’oc - est

le cousin germain de I'ail, et comme lui un symbole de vitalite. Regar-

dez-le, ce gros ventru, avec sa tige verte et son large bulbe rose : c'est

l'image même de la terre féconde. Il en est de gros rouges, de jolis

blancs, et de plus petits, croquants, délicieux, parfumés... Certains

paysans en font la base presque exclusive de leur alimeniation (avec

le pain, l'huile d'olive et la tomate) : ils ne me semblent pas s’en por-

ter si mal ! J'ai connu un champion du Tour de France qui se < dopait >

à l'oignon - un doping autorisé et inoffensif, celui-là... Un boxeur,

aussi, m'avouait carburer avec ce légume. Et un noctambule avisé

me disait adorer la soupe à I'oignon... pour le prélude aux longues

nuits de folie qu'elle représentait à ses yàux. oui, l'oignon est aphro-

disiaque, dans la mesure même où il rééquilibre toutés les fonctions

importantes de l'organisme. Il donne le plus joli teint aux femmes -

la couleur des roses et des lis mélangés... A celles qui s'inquiètent de

devoir < sentir l'oignon >, je conseille les même. Trucs que pour

l’ail : une vaporisation à la menthe, quelques gouttes d'essence d'an-

gélique, une pomme râpée, une cuillerée de miel, quelques feuilles

de persil ou de cerfeuil, ou un grain de café à mâcher

L'oignon est probablement originaire de I'Afghanistan et de la Perse,

mais on le récoltait déjà chez les anciens Égyptiens et chez les chaldéens,

des millénaires avant l'ère chrétienne. Les Grecs en consommaient

des quantités considérables, tout comme les Romains et nos aieux

du Moyen Age. Le palmarès de ce légume, au grand concours des

plantes qui guérissent, est digne en tout point de celui de l'ail. Les

oignon. du Midi, qui sont plus doux, conviennent mieux à I'alimen-

tation que ceux du Nord, plus âcres, mais aussi plus efficaces comme

espèces médicinales. Mais où que vous habitiez, mangez de l'oignon

sous .toutes ses formes. Cru, avec du sel ou dans la salade, c'est un

aliment parfaitement sain (les estomacs délicats risquent pourtant

d'en souffrir). cuits, il convient à tous; il conserve merveilleusement

ses vitamines; il stimule l'appareil digestif, il nettoie l’ intestin, il lutte

contre les embarras de matières mal digérées, et par là même, il pré-

vient aussi bien la nervosité excessive, les insomnies, l’artériosclérose

et l'hypertension, que certains cancers.

 

Mais là ne s'arrête pas l'énoncé des titres du légume. L'oignon est

étonnamment diurétique : il suffit d'en frotter une moitié sur les reins

ou le bas-ventre du patient pour augmenter aussitôt d'un quart la

production d'urine. La cure d'oignon - intensive ou régulière -

convient à merveille à tous ceux qui souffrent de coliques néphrétiques,

de calculs des reins ou de la vessie, d'oedèmes, de rétention d’urine,

d'albuminurie, de goutte ou de rhumatismes. L’oignon est encore

très apte à provoquer l'élimination des toxines par la sudation (ce qui

est particulièrement important en cas de maladie infectieuse). Il est

antiscorbutique, car riche en vitamine C, et antidiabétique, car I'un

de ses principes actifs, la glucoquinine, abaisse le taux des sucres dans

le sang. Il est vermifuge, comme l'ail, et comme I'ail encore il se montre

un très efficace antiseptique : un pansement au jus d'oignon peut évi-

ter l'infection des petites coupures, des petites brûlures, etc. l’oignon

sait en outre fort bien nettoyer la peau : c'est un véritable ami des

belles dames et des adolescents que I'acné désespère. Et il rend leur

appétit sexuel aux plus désespérés. Lorsqu'il est cuit, surtout, il lutte

contre la nervosité, les angoisses, les palpitations; c'est alors un adou-

cissant, un calmant des spasmes (toux, crises d'asthme) et un excel-

lent médicament contre les rhumes et les angines.

 

Parmi les multiples utilisations annexes de l'oignon, je signale encore

les cataplasmes de ce légume (efficaces contre les maux de tête et capa-

bles d'aider à la guérison des méningites), les applications d'oignon

cru (sur les morsures d'insectes, d'araignées, de chiens), l’oignon chaud

(appliqué sur le cou contre les maux de gorge, ou sur les hémor-

roïdes), I'oignon cuit sous la cendre (frotté sur les engelures, les

crevasses, les abcès, les furoncles, les ulcères), et le suc d,oignon frais

(souverain contre les piqûres d'abeilles ou de guêpes).

 

RECOLTE :

 

L'oignon, au jardin, vous donnera le plus grand des

plaisirs : celui de pouvoir le consommer frais, au sel, sans crainte

de vous empoisonner à cause des engrais chimiques et des pesticides

dont on arrose tous les légumes < industriels > ordinaires. vous y trou-

verez aussi mille joies gastronomiques - des salades aux soupes et

aux tartes : je laisse ici I'imagination des maîtresses de maison battre

la campagne; il en résulte toujours des merveilles. Tous les climats

conviennent à ce légume, qui apprécie plus particulièrement les sols

légers et sains. Semez les graines au printemps, ou plantez les bulbes

en automne, à 3 ou 4 crn de profondeur.

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

 

INFUSION

d'oignon frais : jetez deux beaux oignons rouges coupés

en tranches dans un litre d'eau; buvez la totalité du liquide dans la jour-

née. (Cure de printemps, pour éliminer les toxines. Même dose pendant

3 ou 4 iours.)

 

DÉCOCTION

miellée (pour cure de printemps, ou comme dépuratif,

ou comme vermifuge) : jetez 4 à 5 bulbes d'oignons dans un litre

d'eau; ajoutez du miel à volonté au cours de l'ébullition. (3 à 4 tasses

par jour.)

 

VIN

d'oignon (diurétique, fortifiant) : écrasez 3 à 4

beaux oignons dans un litre de bon vin blanc additionné de 100 g de

miel; laissez reposer quinze jours ; filtrez. (3 à 4 cuillerées à soupe par

jour. )

d'oignon (vermifuge) : coupez finement un bel oignon

dans 1/2 litre de vin rouge; laissez macérer pendant 48 heures; filtrez.

( Un verre le matin, à jeun. )

 

TEINTURE

d'oignon : hâchez un oignon cru et faites-le macérer une

semaine dans son poids d'alcool à 90 o; filtrez. (2 cuillerées à cafe par

jour. )

 

CATAPLASMES

d'oignon cru: contre les migraines et les maux de tête,

à appliquer sur les tempes ; contre la méningite, à appliquer sur Ie som-

met du crâne ; contre les fièvres, et notamment la typhoïde, à appliquer

sur les pieds pendant 8 heures.

d'oignon cuit : à appliquer sur les morsures d'insectes,

de chiens, de chats, d'araignées, etc'

 

OIGNONS CHAUDS :

à appliquer sur la gorge (angines, bronchites) ou sur

les plaies, où encore, localement, contre les hémorroîdes.

 

OIGNONS CUITS SOUS LA CENDRE :

fort utiles contre les abcès, les furoncles, les engelures,

les crevasses, etc,

 

BAINS DE MAINS ET DE PIEDS

(comme diurétique, contre l’acné, la bronchite) : râpez

I ou 2 oignons crus par litre d'eau.

 

SUC

d'oignon frais : à répandre largement sur les piqûres

d'abeilles ou de guêpes.

 

ONGUENT DE BEAUTÉ

 

- à l'oignon : faites cuire trois oignons finement ëcrasés

dans un peu de saindoux, à feu très lent ; mélanger soigneusement ;

ajoutez-y une cuillerée de miel,un petit verre d'eau de rosi et une tasse

de lait. Lorsque l'ensemble est bien homogène, il peut être appliqué sur

les plaques de vilaine peau, Ies zones couperosées, les peaux d’orange

et les rides.

 

 

 

L'ORANGER

 

Rien n'est plus beau que les fleurs immaculées de I'oran-

ger, dont on tressait des couronnes aux vierges; rapporteztoute cette

blancheur à l'or rouge et au cuivre chaud des fruits supertes de l,hiver,

et vous aurez le plus délicat, le plus merveilleux mariage de pastels

qu'un peintre puisse imaginer... L’orange a toujours eue pour moi la

séduction des fruits de la fête : on n'en mangeait guère qu’à Noël,

dans les campagnes, et le beau fruit mûri au soleil de l'Espagne, du

Maroc ou de I'Italie a toujours été associé dans mon esprit aux cadeaux,

aux chocolats, aux papillotes, à la joie, et aux rires d'anges des enfants

comblés.. oui, comme le chante Gilbert Bécaud :moi qui n'étais

guère comblé, j 'avoue avoir < volé l 'orange du marchand > â l'étalage ;

la douceur infinie du jus sucré qui coulait dans ma bouche se doublait

alors de la saveur toute particulière du < péché >, de la transgression

de l'interdit... Mais après tout, qui aurait la cruauté de punir un enfant

pauvre d'une joie saine?

 

Une joie saine... Manger de l'orange l'était certainement lorsque j'avais

dix ans. Je n'en dirais plus autant aujourd'hui. La sagesse populaire

veut certes que le jus de ce fruit soit de l'or le matin, de I'argent à midi

et du bronze le soir. Mais la sagesse populaire ne sait rien des insectici-

des dont on asperge les arbres dès les premiers bourgeons du printemps,

ni des conservateurs (diphényle, etc.), prétendument inoffensifs,

dont on arrose abondamment les agrumes (ou même qu'on leur injecte

à la seringue) après la récolte. La pollution chimique des orangers est

telle, à I'heure actuelle, que tout ce que je vais dire des merveilleuses

vertus de ces arbres se trouve sérieusement mis en question par la

folie des hommes - la folie des rendements, la folie de I'asservisse-

ment de la nature (à laquelle mon âms de paysan me dicte bien plutôt

de me plier), la folie de la destruction pour le profit immédiat...

 

Il existe de nombreuses espèces d'orangers, qui ont toutes leur utilité,

soit pour la production de fruits, soit comme plantes médicinales.

A I'oranger vrai, il faut en effet ajouter l'oranger amer ou bigaradier,

la bergamote (au fruit jaune pâle, très amer et immangeable), et le

pamplemousse (dont le fruit énorme, jaune citron, blanc, rosé ou

rouge, pèse parfois plus de 8 kg). Toutes ces espèces ont des vertus

voisines; on en utilise les feuilles, les fleurs, les fruits, les jus, l'écorce

et l'essence. Plutôt que d'acheter tous ces ingrédients en herboristerie

(fruits évidemment mis à part), où ils proviennent de régions qui souf-

frent de trop d'aspersions d'insecticides (je n'hésiterai pas à dire que

la fleur d'oranger du commerce est maintenant un véritable poison),

essayez, si le climat de votre contrée vous le permet, de planter un oran-

ger dans votre jardin... C'est un régal pour l'oeil... et pour le palais,

si le soleil est au rendez-vous pour mûrir les fruits.

Les feuilles d'oranger (qui devraient être celles du bigaradier, plus

actives, dans les magasins de plantes, mais qui sont souvent mêlées

de feuilles d'oranger vrai ou même de feuilles de citronnier... toutes

polluées, d'ailleurs), se révèlent calmantes et antispasmodiques. Les

nerveux, les angoissés, les asthmatiques, les individus sujets aux migrai-

nes d'origine nerveuse, les neurasthéniques, les insomniaques,les hys-

tériques et les épileptiques auront intérêt à en user largement. Ces

feuilles se montrent encore capables de faire tomber la fièvre (typhoïde,

etc.); elles provoquent la sueur; elles constituent un excellent vermi-

fuge; elles aident le travail de I'estomac; et elles sont toniques.

Les fleurs d'oranger (celles du bigaradier sont là encore les plus acti-

ves), présentent 5 pétales immaculés, criblés de minuscules glandes

sécrétrices, d'où s'exhale un parfum suave. On en tire une eau essen-

tiellement calmante et antispasmodique. C'est même le meilleur cal-

mant que je connaisse : les anxieux, les angoissés, ceux dont le coeur

s'affole à la moindre émotion, ceux qui n'arrivent pas à trouver le

sommeil, les névrosés, les hystériques, les agités, tous ceux-là sont

justiciables de la fleur d'oranger. Quant à l'essence que I'on tire égale-

ment de cette fleur, et qu'on appelle souvent essence de néroli, elle

sert essentiellement en parfumerie. Son nom rappelle celui de la femme

de Flavio Orsini, prince de Neroli. Celle-ci en faisait un usage quasi

immodéré, et elle introduisit la préparation'en France au XVIIe siècle.

L'orange elle-même, ce fruit superbe dans lequel on a vu la pomme

d'or du jardin des Hespérides (cette pomme d'or qui donnait l’ immor-

talité, et qu'Héraclès alla voler aux nymphes au cours de son onzième

< travail > exerce les effets les plus salutaires sur l'organisme. Conve-

nablement pelée (afin d'éliminer au maximum le zeste imprégné de

poisons chimiques), elle apporte à l'organisme son content de vitami-

nes (surtout c et B). Elle convient particulièrement aux enfants, aux

adolescents, aux malades et aux vieillards. Sa faible teneur en sucre la

fait autoriser aux diabétiques.

Le jus d'orange, soit sous forme d'orangeade, soit pur, concentre tous

les principes toniques et anti-infectieux de l'oranger. Je le donne en

quantités massives dans tous les cas de grippes, d'affaiblissements de

l'organisme, de tèvres, d'angines, de troubles digestifs et de maux de

reins ou de vessie. La pulpe cuite du fruit, appliquée en gros emplâtres

sur les ulcères et les abcès, donne les meilleurs résultats.

 

L'écorce d'orange, qui devrait normalement provenir des fruits du

bigaradier (mais à laquelle on substitue fréquemment le zeste de

I'orange vraie), est tonique, stimulante et excitante; elle aide au travail

de I'estomac, et permet la libération normale des gaz intestinaux dans

tous les cas de constipation; elle est en outre apte à faire tomber la

tèvre, et se comporte comme un bon vermifuge.

Enfin I'essence d'orange vraie, constituée par le liquide volatil qui

s'échappe de l'écorce des fruits lorsqu'on les presse, se montre un

excellent antiseptique, ainsi qu'un calmant efficace des maux de ventre.

Elle sert à préparer I'eau de Cologne, et à ce titre, c'est un liquide de

beauté. L'essence de bergamote désinfecte parfaitement les plaies, les

abcès, les ulcères et les brûlures; il m'est arrivé de l'employer à la place

de la teinture d'iode.

 

RÉCOLTE :

 

Ne vous fiez, pour vos préparations médicinales à base

d'oranger, qu'aux plants que vous aurez fait pousser vous-même (si

vous habitez une région suffisamment chaude), ou dont vous aurez la

certitude absolue qu'ils n'ont pas été traités. Dans ce cas, cueillez les

feuilles sur l'arbre même, après la rosée; faites-les sécher à l,ombre

pour éviter qu'elles ne perdent leur belle couleur vsrte; et conservez-

les au sec, à l'abri de la lumière. Récoltez les fleurs encors fermées,

également après la rosée; et faites-les sécher à I'obscurité et au sec.

Quant aux fruits, je vous laisse juge : mais, de grâce, ne préparez

aucune potion à base d'écorce ou d'essence en utilisant des fruits du

commerce; ce serait vous empoisonner à coup sûr.

 

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

 

INFUSION PT NÉCOCUON

de feuilles (action calmante) : jetez une demi poignée

de feuilles sèches dans un litre d'eau. (2 à 3 tasses par jour.)

 

DÉCOCTTON CONCENTRÉE

de feuilles (en cas d'accidents nerveux graves : hystérie,

épilepsie) : jetez 3 poignées de feuilles sèches dans un litre d'eau. (3 tas-

ses par iour.)

 

BAINS DE MAINS ET DE PIEDS

de feuilles : une poignée de feuilles sèches par litre d'eau,

 

TISANE

de fleurs : ietez une demi-poignée de fleurs sèches par

litre d'eau. (Une tasse, le soir, au coucher.)

 

BAINS

de fleurs d'oranger : jetez une poignée de fleurs sèches

par litre d'eau.

 

CATAPLASMES

de pulpe d'orange cuite : contre les ulcères et les abcès

 

RATAFIA

(tonique de I'estomac ou de l'appareil digestif) : mélan-

gez 100 g d’écorce d'orange et 100 g d'écorce de citron à un litre d'alcool

à 80 °; laissez macérer pendant une semaine; sucrez avec 1/2 kg de

sucre de canne. (Une cuillerëe à soupe, à l'heure de l'apéritif, une fois

tous les deux jours.)

 

TEINTURE

d'écorce d'orange : faites macérer pendant une sernaine

 

100 g d'écorce d'orange dans 1/2 litre d'eau-de-vie; filtez. (Une cuil-

lerée à café avanf les repas, comme stimulant de I'estomac et de l'intes-

tin. )

 

 

 

L'ORTIE

 

Pourquoi prétend-on les objets devenus inutiles < bons

à jeter aux orties > ? c'est une injustice indigne : j'aurais plutôt ten-

dance à jeter aux orties ce que j'aime! car I'ortie, cette herbe que l’on

dit cruelle parce qu'elle sait se défendre, peut aussi prendre la défense

des autres. J'interdis formellement à mes fermiers de l'arracher, le

long des vieux murs, des mares, des terrains vagues ou des jardins bien

fumés où elle pousse en vagues épaisses; et j'envoie mes ramasseurs

d'herbes en cueillir de grands sacs trois fois par an...

 

Vous n'aurez évidemment aucune peine à reconnaître cette grande

plante à la tige quadrangulaire et aux feuilles caractéristiques, tout

hérissées de poils urticants : ceux-ci injectent le contenu d'une ampoule

de poison riche en acide formique et en enzymes proches de celles du

venin de serpent. Mais c'est ce liquide irritant qui fait toute la valeur

de la plante. Sachez la cueillir, soit avec des gants, soit en la saisissant

par en dessous, comme me I'a appris mon père, qui avait les gestes

les plus doux avec les végétaux ses amis... Certes, vous pouvez opter

pour la cure préconisée par I'un de mes vieux amis gascons, incorrigi-

ble coureur de jupons, et qui, pour se redonner du coeur à l'ouvrage,

se roulait périodiquement dans un champ d'orties... Il ne faisait en

cela que rejoindre la sagesse populaire, selon laquelle les piqûres du

végétal stimulent l'organisme (on disait aux enfants qui revenaient

les mollets tout piqués d'orties, qu'ils avaient gagné la santé pour la vie,

et qu'en tout cas ils n'auraient jamais plus de rhumatismes). Il ne faisait

en cela, également, que corroborer I'opinion du poète latin Pétrone,

selon lequel, pour redonner leur virilité aux hommes, il convient

de les fouetter avec un bouquet d'orties < au-dessous du nombril,

sur les reins et sur les fesses >. L' urtication , c'est-à-dire la flagella-

tion aux orties, était en outre considérée par les Anciens comme le

meilleur des révulsifs : on I'ordonnait contre les fièvres (typhoïde),

contre les rhumatismes, les crises d'apoplexie et l'absence de règles

chez la femme.

 

Les orties ont été mangées, soit de la même façon que les épinards,

soit en soupes, depuis les temps les plus reculés. Ce sont en effet

des plantes fort nutritives, riches en éléments métalliques indispensa-

bles à la santé (fer, magnésium, etc.), et qui présentent l'avantage

sur les épinards de n'être pas trop acides, donc parfaitement recom-

mandables aux rhumatisants, aux goutteux et aux arthritiques. Elles

contiennent en outre une substance appelée sécrétine, qui constitue

le meilleur stimulant des glandes digestives de l'estomac, de l'intestin,

du foie, du pancréas et de la vésicule biliaire. Leur fer les rend pré-

cieuses pour la reconstitution des globules rouges, c'est-à-dire pour

la bonne oxygénation des tissus. Mangez de I'ortie : le goût en est

délicieux, lorsque les feuilles sont choisies bien tendres, et vous y

gagnerez en outre la santé. Les orties cuites ne piquent évidemment

plus : au contraire, elles sont douces comme un velours sur la langue...

 

Du point de vue strictement médicinal, la plante est tout aussi pro-

digieuse. Elle est diurétique (avis aux rhumatisants, à ceux qui souffrent

de goutte, de calculs urinaires, de rétention d'urine). Elle est anti-

diarrhéique : on l'a employée notamment contre les diarrhées catas-

trophiques du choléra. Elle arrête les saignements (saignements

de nez, crachements de sang, hémorragies de toutes sortes) et les

sécrétions intempestives (rhumes de cerveau, embarras des voies

respiratoires). Elle est reconstituante, elle fait venir le lait chez les

femmes qui en manquent, elle régularise les règles ou les fait réappa-

raître si elles se sont interrompues anormalement; elle est dépurative

(une cure d'orties au printemps est la meilleure des choses), elle est

vermifuge et elle est révulsive. A l'extérieur, elle donne les meilleurs

résultats contre les rhumatismes (ceux des hommes comme ceux

des animaux : c'est avec l'ortie, le chou et la chélidoine que je soigne

mes vieux chiens). En gargarismes, elle est souveraine contre les

infections de la bouche, les aphtes, les gingivites et les angines. En

lotions et en compresses, c'est une herbe de beauté : elle nettoie la

peau, fait disparaître loacné et l'eczéma, et combat la chute des

cheveux.

 

RÉCOLTE :

 

Ne coupez pas toutes les orties qui poussent dans votre

jardin; ne les traitez surtout pas aux herbicides (ce qui est éminemment

dangereux pour toutes vos autres plantes... et pour votre santé) :

les orties, loin d'être des < mauvaises herbes >, aident bien plutôt

à la croissance des espèces fragiles, et notamment des espèces médi-

cinales que vous aurez plantées tout à côté; une rangée d'orties vous

fournira des soupes, des mets délicieux, des médicaments contre

nombre de troubles, et... renforcera la teneur de vos autres herbes

aromatiques ou médicinales en principes actifs. Récoltez les feuilles,

les sommités fleuries des tiges et les racines en toutes saisons, selon

vos besoins; ne les utilisez que fraîches.

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

 

INFUSION OU DÉCOCTION

de feuilles : jetez une à deux poignées de feuilles fraîches

dans un litre d'eau. (3 tasses par jour, pour arrêter les hémorragies,

les saignements de nez, diminuer les règles trop importantes.)

 

de feuilles et de fleurs (pour I'usage externe : garga-

rismes en cas d'angine, pansements, lotions de beauté, shampooings

contre la chute des cheveux, etc.) : jetez 3 poignées de feuilles et de

fleurs fraîches dans un litre d'eau.

 

BAINS DE MAINS ET DE PIEDS

(contre l'acné, l'urticaire, les règles douloureuses,

e surtout contre les rhumatismes ) : comptez 2 poignées de feuilles

fraîches par litre d'eau.

 

LOTION SPÉCIALE

contre les rhumatismes : hachez trois poignées de feuilles

d'orties, deux de feuilles et de fleurs de chélidoine, et deux belles feuilles

de chou; faites-les macérer pendant 48 heures dans 2 litres d'eau de

pluie; filtrez. (En applications locales.)

 

SUC FRAIS

d'orties : prenez-en un grand verre par jour ou utilisez le

à I'extérieur, en compresses, lotions, etc.

 

DÉCOCTION

de racines (diurétique, dépurative et reconstituante)

jetez une poignée de racines fraîches et soigneusement nettoyées dans

un litre d'eau. (3 tasses par jour.)

 

 

 

L'OSEILLE

 

Elle possède une saveur aigrelette qui la ferait recon-

naître entre mille : on l'appelle encore surelle, surette, aigrette, vinai-

grette, vinette, etc.; tous ces noms disent très joliment qu'elle pique

délicieusement la langue. C'est à des sels de l'acide oxalique que

l'espèce doit son parfum inimitable : mais si la gastronomie y gagne,

il est des malades qui doivent rigoureusement s'abstenir d'en manger;

je veux parler des rhumatisants, des goutteux, des arthritiques, de

ceux qui souffrent des reins et de la vessie...

Il existe trois espèces d'oseilles (grande, petite, en écusson), qui ont

toutes à peu près les mêmes propriétés... et la même allure, avec

de jolies feuilles vertes ou rougeâtres et forme de fers de lances.

Les Anciens les connaissaient fort bien, et en abusaient même en

cuisine. Certains médecins du xvre et du XVIIe siècle n'étaient pas

loin de les considérer comme de véritables herbes-miracles contre les

infections, les fièvres, le scorbut et les empoisonnements. Je connais

un paysan qui ne se soigna jamais qu'à l'oseille... et je sais moi-même

cette dernière rafraîchissante, diurétique, propre à faire tomber la

fièvre, apéritive, laxative, dépurative, tonique et vermifuge. Je la

recommande contre toutes les insuffisances de l'appareil urinaire et

digestif, contre les embarras de I'estomac et de I'intestin, contre les

hémorroïdes, les ulcërations de la bouche et de I'arrière-bouche,

les pertes d'appétit, l'abattement et les fièvres en général. A I'extérieur,

elle est souveraine contre les maladies de la peau (dartres, acné, etc.),

les abcès et les ulcères. Ses racines et ses graines se montrent plus

particulièrement actives contre les diarrhées, les maux de ventre.

les coliques et les dysenteries.

 

RECOLTE :

 

L'oseille, grande, petite ou en écusson, est abondante

dans les prés, les cultures, les bois peu épais, etc. Récoltez-la en été;

mangez-la en légume, en potages, ou faites-en un médicament, comme

vous voudrez... N'oubliez pas d'en cultiver une plate-bande au jar-

din, si vous le pouvez.

 

PREPARATION ET EMPLOI :

 

DECOCTION

de feuilles : jetez une poignée de feuilles fraîches dans

un litre d'eau;faites bouillir I0 à 15 mn. (Une tasse par jour.)

 

de feuilles (pour I'usage externe : maladies de peau, etc. ) :

comptez deux poignées de feuilles par litre d'eau.

 

de racines et de graines : jetez un petit morceau de

racines et 3 pincées de graines dans un litre d'eau. (Une tasse par jour.)

 

 

 

LE PECHER

 

Les artistes chinois ont su mieux que les autres peindre

I'admirable floraison rose des pêchers à la fin de I'hiver, lorsque le

pastel délicat des corolles vient orner, comme une mousse immaté-

rielle, les rameaux encore noirs de la morsure des vents glacés...

 

Pour cette seule couleur, pour ce rose volé aux nuages ou aux ailes

des anges, j'aimerais le pêcher à la folie : ce serait compter sans les

fruits fondants qu'il nous offre, ces délices qui charment la langue

et qui, à peine avalés, semblent adoucir et calmer jusqu'aux moindres

muscles du corps... La pêche est un dessert extraordinairement rafraî-

chissant, riche en sucres assimilables, bien pourvu en vitamines, et,

n'était la < folie insecticide > de notre siècle (qui atteint, hélas! tous

les producteurs de fruits), je vous recommanderais tout simplement

d'en faire des orgies.

 

Le pêcher, contrairement à ce que suggère son nom français (dérivé

du grec persikon et du latin persicum), n'est pas originaire de Perse,

mais de Chine, où on en cultivait déjà différentes variétés vingt siè-

cles avant l'ère chrétienne. C'est un arbre voisin du prunier, qu'on

a très vite utilisé comme espèce médicinalè en Occident (contre les

vers, l'érysipèle, I'haleine fétide, la surdité, les troubles de l'appareil

urinaire et la goutte), mais dont, paradoxalement, on a longtemps

négligé les fruits (considérés comme suspects). Aujourd'hui que la

pêche a retrouvé la faveur universelle, il n'est pas mauvais de revenir

sur les vertus des fleurs et des feuilles du végétal.

 

Elles sont calmantes, mais aussi purgatives, diurétiques, vermifuges

et aptes à faire tomber la tèvre. Leur action laxative a été maintes

fois vérifiée, de même que leurs vertus contre la coqueluche, l'asthme,

les coliques néphrétiques, les calculs urinaires et la cystite. Employées

à I'extérieur, en cataplasmes, les feuilles hachées se révèlent efficaces

contre les coliques et les maux de ventre, notamment des enfants -

auxquels elles permettent en outre de se débarrasser de leurs vers

parasites. En compresses, en bains de pieds et de mains, en frictions,

elles sont utiles contre les douleurs, les dartres, les rhumatismes,

les démangeaisons et les inflammations.

 

RÉCOLTE, :

 

Ne ramassez que les fleurs et les feuilles des pêchers

dont vous êtes sûr qu'ils sont cultivés sans engrais chimiques ni

pesticides : dans le cas contraire, abstenez-vous. Cueillez les fleurs

encore en boutons, avec leur calice rougeâtre (qui recèlent le plus de

vertus); utilisez les fraîches ou faites-les sécher a I'ombre pour les

conserver; dans ce dernier cas, laissez-les étalées, car en les entassant

vous les briseriez. Pour ce qui est des feuilles, la meilleure époque de

récolte est le début de l'été, avant que les fruits ne soient mûrs; faites-

les sécher à I'ombre ou au soleil, et conservez-les dans des sacs.

 

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

 

INFUSION

de feuilles fraîches ou sèches (purgative) : jetez 10

feuilles dans un litre d'eau. (Une tasse par jour, Ie matin.)

 

de fleurs fraîches (purgative et calmante) : jetez 5 pin-

cées de fleurs dans un litre d'eau. (Une demïtasse par jour.)

 

de fleurs sèches (purgative, laxative, calmante) : jetez

5 à 6 pincées de fleurs dans un litre d'eau. (Une tasse par jour pour

les adultes, deux cuillerées à soupe par jour pour les enfants.) :

 

DÉCOCTION

de feuilles et de fleurs (usage externe : compresses,

etc.) : comptez une demi-poignée de feuilles et de fleurs mélangées

(sèches ou fraîches) pour un litre d'eau.

 

BAINS DE MAINS ET DE PIEDS

de feuilles et de fleurs : comptez deux poignées de mëlange

pour une cuvette d'eau.

 

SIROP

de fleurs : comptez une partie de fleurs pour une partie de

sucre et une partie et demie d'eeu bouillante; remuez jusqu'à obtenir

un liquide homogène ; laissez reposer 2 heures ; filtrez. (Une cuillerée

à café par jour pour les enfants, une cuillerée à soupe pour les adultes.)

 

JUS DE PÊCHE

(laxatif, diurétique, adoucissant, calmant et rafraï

chissant ) : buvez-en un grand verre le matin, à jeun.

 

NOTA :

Si la pêche n'a que des qualités, les feuilles et les fleurs

du pêcher contiennent, en faibles proportions, de l'acide prussique,

Ce dernier n'est absolument pas dangereux dans toutes les préparations

énumérées ci-dessus, mais il convient de respecter scrupuleusement

les doses indiquées, faute de quoi on s'expose à des accidents. L'amande

contenue dans Ie noyau de lu pêche, quanl à elle, est excessivement

toxique : ne l'utilisez pas en tisane comme le recommandent certains

ouvrages, et prenez garde à ce que vos enfants ne la mangent pas, après

avoir cassé ledit noyau pour s'amuser...

 

 

 

LE PERSIL

 

Les historiens les plus sérieux rapportent que les Romains

donnaient du persil à manger à leurs gladiateurs avant le combat :

la plante était réputée donner de la force, du réflexe et de la ruse.

 

Pour la ruse, j'avoue mon ignorance, pour la force et le réflexe,

j'en suis convaincu. Nul, plus que moi, ne regrette la coutume stu-

pide qui veut qu'on mette du persil autour des plats pour .faire joli :

je le voudrais haché menu, afin qu'on le mange! car lé persil est I'une

des herbes les plus riches en vitamine C et en principes rêconstituants :

faites-en des orgies, dans vos salades, dans vos omelettes, dans vos

potages, ou avec vos viandes...

 

Le persil des jardins (ou persil cultivé, ou persil vulgaire, ou persil

odorant, ou jaubert, ou encore persin), est un cousin du fenouil

et du céleri (sonnom latin, petroselinum, signifie < céleri de roche >),

mais aussi de la redoutable ciguë, à laquelle il ressemble par ses

feuilles finement découpées et ses fleurs disposées en petits parasols.

 

Différencier les deux espèces dans la nature relève de la roulette russe,

si I'on n'est pas botaniste : je ne saurais trop vous conseiller de vous

contenter du persil de votre potager.

Sous cette réserve, vous trouverez dans la plante une amie sûre.

Le persil est d'abord apéritif, et comme tel, il convient à tous les

anémiques, aux indolents, aux convalescents, à tous ceux qui manquent

d'énergie et de ressort; sa racine est classiquement rangée parmi

les cinq racines apéritives majeures (avec celles du fenouil, du

fragon, de I'ache et de I'asperge). Il est en outre puissamment diuré-

tique et stimulant. Il provoque la sueur, fait tomber la fièvre (d’où

son utilité dans les maladies infectieuses), rétablit les règles chez les

femmes dont le cycle est.irrégulier, et lave l'organisme de ses toxines

(je le recommande, pour cette raison, contre les maladies de foie,

la jaunisse, les eczémas, la cellulite, les rhumatismes, la goutte et les

calculs urinaires). Ses racines et ses feuilles se montrent plus par-

ticulièrement actives contre les oedèmes, les troubles de la circulation,

les mauvaises digestions, les difficultés respiratoires, les affections

de la peau et, pour les femmes, contre les pertes blanches et les règles

douloureuses. Ses graines, en outre, agissent favorablement contre

les fièvres, son jus frais calme les irritations des reins, de la vessie

et des conduits urinaires, et accélère la guérison de la blennorragie.

Appliqué par voie externe, le persil apaise les douleurs diffuses,

et guérit les contusions et les bleus. Il stoppe les infections des yeux et

adoucit la sensation de brûlure des conjonctivites et des inflammations

de l'oeil. Il évite les engorgements laiteux (dans mon pays, les nourrices

avaient l'habitude d'appliquer des cataplasmes de persil haché sur

leurs seins). ll ralentit la chute des cheveux (en lotions, etc.), et il

constitue le premier remède d'urgence contre les piqûres d'insectes.

 

RÉCOLTE :

 

Semez le persil au jardin en place, à la volée, de février

à août : il aime les terrains riches en humus. Recouvrez-le de terreau

et d'une fine couche de sciure de bois (les graines ne doivent pas être

enterrées). Récoltez les feuilles au fur et à mesure de la pousse (pour

votre cuisine comme pour votre petite pharmacie naturelle). Si vous

voulez des racines, arrachez-les sur un pied d'un an, à l'automne :

passé ce temps, elles deviennent dures et perdent leurs propriétés.

Si vous préférez les graines, cueillez-les sur des pousses de deux

ans veillez bien, pour toutes vos récoltes, à sentir le végétal que vous

ramenez en froissant une feuille entre vos doigts : un pied de ciguë

peut se glisser dans votre jardin; or le persil possède un arôme carac-

téristique, et la ciguë exhale une odeur désagréable de pipi de chat.

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

INFUSION ET DÉCOCTION

de feuilles : jetez une bonne poignëe de feuilles fraîches

dans un litre d'eau. (2 tasses par jour. Après les repas, facilite la diges-

tion. )

(Ce breuvage n'est pas très agréable au goût : aussi faut-il soit le sucrer

abondamment, soit I'adjoindre à d'autres tisanes plus savoureuses.)

 

DÉCOCTION

de racines fraîches : comptez une poignée de racines

par litre d'eau. (2 tasses par jour, comme diurétique.)

 

de graines : jetez l0 pincées de graines dans un litre

d'eau. (2 tasses par jour, comme diurétique, et pour aider le foie.)

Vous pouvez concentrer cette décoction jusqu'à une poignée par litre

d'eau : réseryez-la alors aux femmes mal réglées. ( Une tasse par jour. )

 

JUS FRAIS :

prenez-en jusqu'à un verre par jour.

 

POUDRE

de feuilles sèches : 2 pincées par jour.

 

TISANE

de feuilles pour l'usage externe (compresses, lotion

pour les yeux, shampooings, lotion pour décongestionner la peau et

éclaircir le teint, etc.) : jetez une bonne poignée de feuilles fraîches

dans un litre d'eau.

 

BAINS DE MAINS ET DE PIEDS

de feuilles fraîches : mêmes proportions que pour la

décoction précédente; vous pouvez y adjoindre quelques racines et

une demi-poignée de graines. (Asthme, problèmes de la ménopause,

règles douloureuses, toux.)

 

CATAPLASMES

de feuilles hachées : conlre les douleurs, les engorgements

laiteux, les piqûres d'insectes, etc.

 

 

 

LA PERVENGHE

 

Elle ouvre ses fleurs comme de jolis yeux bleus, au

premier printemps, dans la nature en fête. Quelle curiosité la pousse

ainsi à saluer le soleil à peine remonté au-dessus des brouillards

du général hiver ? Je ne sais. En tout cas le regard énigmatique de cette

fleurette amie des grands hêtres a frappé nos ancêtres,  la pervenche

a été de tous les sabbats, de tous les philtres de sorcières, de toutes

les histoires d'amour... c'est la charmante cousine rampante du

laurier-rose; son feuillage toujours vert et ses corolles à 5 lobes tordus

comme des hélices, la font aussi sûrement reconnaître que le mauve

pâle ou le bleu ciel dont elle aime à se farder pour plaire... on

en connaît trois espèces très proches, la petite, la moyenne et la grande,

encore appelées bergères, violettes des morts, petits sorciers, buis

bâtards, violettes des sorciers ou violettes des vipères.

Les Anciens recommandaient la pervenche contre les diarrhées, les

maux de dents, les morsures de serpents, les douleurs de I'appareil

génital féminin, les saignements de nez et les hémorragies. Au siècle

de Louis XIV, elle était réputée fort efficace contre les maladies

de la poitrine. Mme de sévigné conseillait chaleureusement à sa

fille < la bonne pervenche, bien verte et bien amère, mais bien spécifique

à vos maux >.

 

Quoique les fleurs de la pervenche soient ravissantes à voir, ce sont

ses feuilles qui recèlent la prupart de ses vertus. Elles sont toniques.

Elles régénèrent le sang, ce qui les rend précieuses aux anémiqués,

aux déprimés, aux convalescents et aux victimes d'accidents graves.

Elles arrêtent les hémorragies, exercent le meilleur effet sur les crache-

ments de sang et les saignements de nez, et, grâce à leurs qualités

vulnéraires, constituent une médecine majeure pour la cicatrisation

des plaies. Je les utilise encore, avec d'excellents résultats, contre les

diarrhées, les pertes blanches, les embarras de l'appareil respiratoire

et la dysenterie. J'ajoute qu'elles sont antiscorbutiques, diurétiques

et dépuratives : non contentes de régénérer le sang, elles'le nettoient.

A I'extérieur, elles font merveille en lavements contre les diarrhées

et les dysenteries, en lotions pour hâter ra fermeture des plaies, et

en gargarismes contre les angines, les < amygdales >, et les infections

de la bouche.

 

RÉCOTTE :

 

Puisque les feuilles de la pervenche restent vertes

pendant toute I'année, vous pouvez les récolter et les utiliser fraîches

en tout temps. vous pouvez aussi les faire sécher, dans un endroit

bien aéré, après les avbir cueillies au printemps, l'époque où elles

ont le maximum de vertus.

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

 

INFUSION OU DÉCOCTION :

jetez une poignée de feuilles fraîches ou la moitié de

cette dose de feuilles sèches dans un litre d'eau. (2 tasses par jour.)

 

VIN

de pervenche : jetez 2 poignées de feuilles fraîches (une

poignée de feuilles sèches) dans un litre de vin bouillant, additionné

de 100 g de sucre; Iaissez refroidir doucement. (Un petit verre par

repas. )

 

MACÉRATION

de pervenche : laissez reposer une semaine deux poignées

de feuilles fraîches dans un litre de vin. (Un petit verue par jour.)

 

DECOCTION

pour I'usage externe (lotians, compresses, Iavements) :

comptez une poignée de feuilles fraîches ( 1 / 2 poignée de feuilles sèches )

par litre d'eau,

 

BAINS DE PIEDS ET DE MA]NS :

mêmes proportions que pour la recette précédente ;

vous pouyez y ajouter une poignée de.fleurs.

 

 

 

LE PISSENLIT

 

Les pissenlits enchantent au printemps des prairies

entières, qu'ils recouvrent d'un tapis d'or; ou bien, en automne,

ils se transforment en une légère brume de fruits à parachutes, que

le vent emporte en tourbillons légers vers les collines bleuissantes

du lointain... Chacun connaît, pour en avoir mangé les feuilles (den-

tées comine tous les lions d'Afrique), ou pour en avoir cueilli les

grosses inflorescences jaunes, ou pour en avoir sucé le suc amer,

ou pour en avoir encore souffé les graines aux quatre points cardinaux,

ce superbe cousin envahissant de la chicoréè et de la marguerite.

Point n'est besoin de s'étendre sur sa puissante racine, grosse comme

un doigt, et qui va chercher très profondément les liquidles nourriciers

de la terre; point n'est besoin de revenir sur la forme étrange de ses

feuilles, ni sur la rigidité de sa hampe florale, ni sur ses fleurs d’or,

on lui a donné une foule de noms vulgaires : dent de lion, liondent,

cochet, chopine, florin d,or, sou d'or, groin de cochon, salade de

taupe, laitue de chien, couronne de moine, etc. L'espèce n'était

guère connue des Grecs et des Latins, ce qui laisse supposer qu'elle

a été ramenée en Europe du Sud-Ouest pui les Barbares.

ce n'est qu'au XVIe siècle que plusieurs médecins lui ont reconnu

les vertus diurétiques auxquelles elle doit sa célébrité... et son nom

ordinaire.

 

Régalez-vous de pissenlit en salade autant que vous voudrez : vous

vous en porterez à merveille. Mais n'oubliez pas que toute la plante

est active, et notamment sa racine. on peut la faire torréfier, comme

celle de la chicorée, et obtenir ainsi un succédané du cafe (mangez

du pissenlit par la racine, au sens propre, avant d'être obligé de le

faire... au sens argotique de l'expression!). Les jeunes bourgeons

de la plante, traités à la manière des câpres, peuvent en tenir lieu

fort honorablement. Les fleurs épanouies, dans certaines régions,

servent quant à elles à fabriquer un vin de qualité fort acceptable.

Mais usez surtout du pissenlit comme herbe médicinale majeure :

son abondance même, et le fait qu'il fleurit toute l'année ou presque,

le rendent précieux. vous avez une pharmacie d'or dans votre pré...

Le pissenlit exerce une action murtiple et parfaitement harmonisée

sur I'ensemble des organes. Il aide d'abord à la digestion – d’une

part en renforçant le travail mécanique de l’estomac, d’autre part

en stimulant les sécrétions du foie, du pancréas et de I'intestin :

ceux qui souffrent de jaunisses, de coliques hépatiques, d’insuffi-

sances du foie (avec leur cortège d'affections annexes : vilaines peaux,

eczémas, dartres, etc.), ceux dont I'intestin est paresseux, les cons-

tipés, les individus sujets aux coliques, les diabéiiques aussi, auront

intérêt à s'adresser à maître pissenlit. Mais ce dernier ne borne pas

là ses bienfaits : il est tonique, dépuratif, laxatif, stimulant et anti-

scorbutique. Il est évidemment diurétique. Et à I'extérieur, il soigne

admirablement les ulcères, les inflammations et les maladies de la

peau.

 

RÉCOLTE :

Cueillez 1es feuilles du pissenlit au printemps, pour les

manger : c'est alors qu'elles sont les plus tendres et les plus savoureuses.

Les grandes feuilles de l'été, ainsi que les fleurs, vous seront utiles

pour préparer vos tisanes. Si vous voulez arracher la racine de la

plante, ce que je ne saurais trop vous recommander, munissez-vôus

d’une pioche... et préparez-vous à suer un peu : elles sont étonnam-

ment bien ancrées dans le sol.

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

 

INFUSION OU DÉCOCTION

de racines, de feuilles ou de mélange : comptez une

bonne poignée de plante fraîche par litre d'eau. (3 tasses par iour.)

 

CAFÉ

de racinei torréfiées : récoltez de belles racines en automne ;

nettoyez-les soigneusement; torréfiez-les au four après les avoir cou-

pées-en rondelles ; passez-les au moulin à café, ; et préparez-les comme

:un café ordinaire, soit seules, soit, précisément, comme adjuvant à

votre cafe du matin.

 

SUC

de plante fraîche (digestif, dépuratif, diurétique)

2 à 3 cuillerées à café par jour pour les enfants ; 2 à 3 cuillerées à soupe

pour les adultes.

 

BAINS DE PIEDS ET DE MAINS :

comptez une bonne poignée de plante entière fraîche

par litre d'eau. ( Arthritisme, bourdonnements d'oreilles')

 

VIN

de pissenlit (contre les fièvres) : faites macérer deux

belles racines de pissenlit fraîches dans 1/2 litre de vin blanc, pendant

3 jours. (un petit verre, en cas d'accès, à renouveler une heure plus

tard. )

 

CATAPLASMES

de feutlles et de fleurs hachées : contre les ulcères et

les maladies de la peau.

 

 

 

LE POIRIER

 

La poire me paraît avoir la forme même du bonheur :

bien assise, large, pleine, elle respire l'harmonie; elle est toute en

courbes, comme une jolie femme; elle a la rondeur des joues d'enfants

rieurs, et le parfum inimitable des fruits de la terre que le soleil a

caressés de ses rayons; sur la langue, elle fond comme un nectar...

 

Toute description de I'arbre (qu'on appelle parfois aigrin) est évidem-

ment superflue : il me suffira de dire que la plupart des poiriers de

culture sont greffés sur cognassiers, et que les poiriers sauvages

(blossoniers ou blessoniers) sont le plus souvent bardés de longues

épines. On connaît aujourd'hui plus de I 500 variétés différentes

de cette espèce (beurré, bon chrétien, comice, alexandrine, guyot,

william, etc.); toutes ont leurs qualités (goût, rendement, résistance

aux parasites...). Le poirier, que les anciens Égyptiens ignoraient,

était par contre déjà bien connu des populations préhistoriques euro-

péennes, puis des Grecs et des Romains. L'Odyssée d'Homère en

fait mention. Pline, au Ier siècle apr. J.-C., en comptait déjà trente-

six races. Dès cette époque, la poire a servi de dessert, mais également

d'ingrédient essentiel pour la fabrication de boissons fermentées

(poiré) et d'eaux-de-vie.

La poire, comme fruit, est un peu moins digeste que sa cousine ger-

maine la pomme : mais elle est fort rafraîchissante, délicieuse à

croquer, et riche en vitamines; ses sucres ne présentent que peu de

danger pour les diabétiques. Je ne vois aucun inconvénient à ce que

l'on s'en < empiffre >, si I'on en éprouve le besoin... Une seule réserve :

étant donné la < manie insecticide et pesticide > des arboriculteurs

modernes, le fruit doit absolument être pelé. C'est dommage : lorsque

j'étais enfant, j'aimais à attaquer ma poire sans autre forme de procès,

d'un solide coup de dents...

Mais du poirier, vous pourrez également utiliser l'écorce, les jeunes

rameaux, les bourgeons, les feuilles et les fleurs. Comme le fruit

lui-même, ces différentes parties végétales se montrent diurétiques,

un peu laxatives, calmantes, propres à faire tomber les fièvres légères

et la tension trop forte, et capables de resserrer les tissus trop dis-

tendus par les infections ou les agfessions de l'environnement. Utilisez-

les notamment contre la rétention d'urine et les calculs de la vessie.

 

RÉCOLTE :

 

Cueillez les poires quand elles sont bien mûres, et

accommodez-les de toutes les façons que vous voudrez (crues, cuites,

en tartes, en compotes, etc.). Toutes les autres parties utiles du poirier

doivent être ramassées au printemps (à la montée de la sève, juste

avant l'épanouissement immaculé des corolles), puis séchées à l'ombre.

 

PREPARATION ET EMPLOI :

 

INFUSION OU DÉCOCTION

de feuilles, de jeunes rameaux, d'écorce, de bourgeons

ou de fleurs : jetez deux poignées de ces éléments (ou d'un mélange

de ces élëments) dans un litre d'eau; Iaissez infuser, ou laissez bouillir,

selon le cas, pendant Ï/4 d'heure. (3 tasses par jour, en mangeant

une poire, comme diurétique et contre les affections urinaires.)

 

BAINS DE MAINS ET DE PIEDS

de feuilles et de fleurs : comptez deux poignées de feuilles

et de fleurs fraîches par litre d'eau.

 

 

LEPOMMIER

 

Eve a mangé la pomme, elle l’a donnée à Adam, et

ce fut la fin du Paradis terrestre... En vérité cette pomme-là n,est

que la traduction du latin pomum, qui signifie tout simpiement fruit,

sans autre précision. Mais que le mot pomum ait donné notre pomme

suffit à prouver I'importance (culinaire, économique,  culturelle )

de cette sphère végétale - à l'image même de la Terie -, et bourrée

de vertus médicinales. on y trouve des vitamines, des sucres assimi-

lables, des enzymes indispensables au bon équilibre du corps, des

acides essentiels (acide malique), et les minéraux mêmes de la vie

(potassium, sodium, calcium, magnésium, phosphore...). C'est la

peau du fruit qui est incontestablement la plus riche : hélas ! les

méthodes de I'arboriculture moderne, avec leur cortège de pesticides,

obligent à l'ôter...

Le pommier sauvage (quelquefois nommé doucin ou bouquettier)

pousse dans toute I'Europe et jusqu'en Asie centrale (d'où il paraît

ètre originaire). Les peuples de I'Asie Mineure I'ont longtemps ignoré,

mais les Grecs l'avaient déjà domestiqué, et sous I'empereur Auguste,

à Rome, on n'en comptait pas moins de 30 variétés différentes (aujour-

d’hui, plus de 1400...). Du point de vue médicinal, les plus anciens

auteurs vantaient la cure de pommes, comme je la préconise à tous.

Au Moyen Age, sainte Hildegarde ne se limitait pas au fruit de I'arbre :

elle conseillait les fleurs et les feuilles du végétal contre les maladies

des yeux, ses jeunes greffons juste redémarrés contre les crises

de goutte, et ses bourgeons contre de nombreuses affections, notamment

les maux de tête, la jaunisse, les digestions difficiles, les aigreurs

d'estomac, les coliques et la constipation.

 

L'écorce du pommier est tonique, stimulante, capable de faire tomber

la fièvre, et propre à resserrer les tissus ou les vaisseaux distendus.

Elle constitue un succédané honnête de la quinine. Les feuilles et

les fleurs du végêtal, -ainsi que ses bourgeons, sont largement diuréti-

ques : j'ai soigné, avec un mélange de ces trois parties végétales,

un homme qui présentait une sévère inflammation des reins; on peut

les conseillei également contre les calculs urinaires et les maladies

de la vessie (cystites, notamment). La pomme elle-même se montre

calmante (une bonne pomme avant le coucher : le sommeil vient

plus facilernent), rafraîchissante, propre à libérer les bronches et

le nez des mucosités qui les encombrent, et capable de faire tomber

la fièvre. Elle est diurétique, antidiarrhéique, et surtout laxative.

 

La célèbre École de Salerne, qui groupait de nombreux médecins,

disait jadis : Post pirum da potum, post pomum vade cacatum , ce

qu'on peut traduire à peu près par : Après la poire, pipi, après la

pomme, caca )... c'est surtout cuite que la pomme est laxative et

calmante; mais, crue ou cuite, elle excelle à purifier le sang; elle aide

le corps à se libérer de ses toxines; elle stimule la digestion, et elle

convient particulièrement bien aux rhumatisants, aux goutteux, aux

malades du foie et des reins, à ceux qui souffrent d'artériosclérose,

d'obésité, d'hémorroïdes, d'eczéma et de maladies de la peau; le

fruit d’Ève, fruit de santé, ne pouvait manquer d'être aussi un fruit

de beauté...

 

RECOLTE

cueillez les pommes bien mûres : si vous êtes sûr qu’elles

n'ont reçu aucun produit chimique, alors n'en ôtez surtout pas la

peau, vous perdriez le meilleur. Dans le cas contraire, mieux vaut

moins de vitamines et de sels minéraux, mais moins aussi de poisons

pesticides... Ramassez les feuilles, les fleurs et les bourgeons de l’arbre,

et détachez-en l'écorce au printemps. Faites-les séchés à I'ombre.

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

 

CURE DE POMMES :

 

je ne saurai trop vous recommander une cure annuelle

de pommes ; c'est un capital-santé bien .facire à amasser. choisissez

pour cela des fruits tès mûrs, si possible juste cueillis sur I'arbre ;

ôtez-en le trognon et les pépins, et râpez très finement Ia pulpe et la

peau dans un saladier; ne mangez que cela (sans sucre, en buvant de

l'eau claire) pendant deux jours (l kg à 1,5 kg par jour). Le troisième

jour, recommencez à y mêler quelques aliments légers. votre appareil

digestif, votre foie, vos reins, votre sang seront comme remis à neuf.

Grâce à cette cure, j'ai sauvé un enfant atteint d'entérite aiguë, et j’ai

soulagé nombre de malades affligés de constipation chronique, de dysen-

terie, de diarrhées catastrophiques ou de fièvre typhoide.

 

INFUSION OU DÉCOCTION

 

de feuilles, de fleurs, d,écorce ou de bourgeons : jetez

3 poignées de ces éléments, ou de mélange, dans un litre d'eau. (2 à

3 tasses par jour.) L'infusion de fleurs seules est très douce contre

les maux de gorge et la toux.

 

JUS

 

de pommes : à volontë, tel quel, ou avec du miel, ou

encore en sirop (à proportion d'une livre de jus pour une livre et demie

de sucre.) Appliqué sur la peau, le jus de pommes raffermit et embellit

les tissus.

 

CIDRE :

 

Ie cidre, résultat de Ia fermentation alcoolique du jus

de pommes, ne titre que peu de degrés et constitue une boisson prutôt

saine (à petites doses). A fortes doses, il attaque la paroi de I'estomac

et prédispose aux ulcères. quant à l'alcool de pommes - ou calvados -,

il fait trop de ravages en Bretagne et en Normandie pour que j'insiste

à son sujet.

 

 

LE PRUNIER ET LE PRUNELIER

 

Comme il existe une épine blanche, il existe une épine

noire : la première est l'aubépine, la seconde le prunellier. Est-ce

la forme la plus sauvage du prunier domestique? Les botanistes n'ont

pas encore réussi à le dire. Mais qu'il est joli, ce buisson bardé d'épines

sombres, lorsqu'il fleurit au premier printemps : on jurerait uhe neige

attardée au grand soleil... Le prunellier n'atteint guère que 2 m de

hauteur, et donne de petits fruits bleu-noir, incroyablement âcres

au goût; on I'appelle encore buisson noir, mère du bois, pélossier,

fourdinier, cravichon, caverou ou créquier; il fréquente la lisière

des bois et les clairières, et se plaît en rangs serrés, dans res haies

vives. Son grand cousin < civilisé >, le prunier vrai, encore dit pru-

neautier, a été diversifié par les arboriculteurs en une foule de races

aux fruits délectables (mirabele, reine-claude, etc.) , on en connais-

sait déjà 180 variétés au temps de Louis XIV; aujaurd’hui, c’est par

centaines qu'il faudrait compter

c'est surtout à la forme sauvage du prunier que la phytothérapie

emprunte ses remèdes : je vous expliquerai les vertus de la prune

de culture après celles de I'écorce, des fleurs, des feuilles et des fruits

du prunellier. Les feuilles de ce dernier, en infusion ou en décoction,

se montrent dépuratives. Les fruits (dont on fait I'eau-de-vie de pru-

nelle) doivent à leur âcreté même leurs propriétés astringentes : en

d'autres termes, ils resserrent les capillaires sanguin, (ce qui est utile

dans tous les cas de plaies, de saignements, d’hémorragies), et ils

renforcent I'action des muscles constricteurs des intestins et des canaux

urinaires (ce qui les fait recommander contre les diarrhées, les incon-

tinences d'urine, etc.). Les fleurs se montrent diurétiques, dépuratives

et-laxatives . J’aime à dire que ce sont les plus économiques des laxa-

tifs; elles aident à la guérison des crampes d’estomac, des diarrhées,

des coliques, mais aussi de la toux, des maladies pulmonaires et des

pertes blanches chez les femmes. L'écorce du végétal, enfin, outre

qu'elle est astringente comme les fluits, fait tomber la fièvre et s’utilise

en poudre comme dentifrice.

 

RECOLTE :

 

Cueillez les fleurs du prunellier au premier printemps,

avant l'épanouissement, et faites-les sécher en les étalant au soleil.

Lorsque la saison est un peu plus avancée, récoltez les feuilles et

l'écorce du végétal. c'est en hiver seulement que vous pourrez ramas-

ser les prunelles mûres.

 

PRÉPARATION ET EMPLOI :

 

INFUSION OU DECOCTION

 

de feuilles : jetez une demi-poignée de feuilles fraîches

ou sèches dans un litre d,eau. (2 tasses par jour.) -

 

INFUSION OU DECOCTION

 

de fleurs : jetez une demi-poignée de fleurs sèches dans

un litre d'eau. (2 à 4 tasses par jour.)

 

DECOCTION

 

d'écorce : jetez une poignée d'écorce concassée dans

un litre d'eau. (2 tasses par jour)

de prunelles : jetez une demi-poignée de prunelles mîtres

dans un litre d'eau. (Usage interne, contre les diarrhées, les saigne-

ments,l'incontinence d'urine, etc. : 2 tasses par jour.) Jetez une poignée

et demie de prunelles dans un litre d'eau. (Usage externe, en compresses

sur le ventre ou le bas-ventre contre les diarrhées et les infections des

voies urinaires) en gargarismes contre les maux de gorge et les inflam-

mations de la bouche.)

 

POUDRE

d'écorce : comme dentifrice, directement sur la brosse

 

BAINS DE MAINS ET DE PIEDS :

comptez une poignée de prunelles et de fleurs de pru-

nellier par litre d'eau.

 

Le prunier domestique a certes conservé quelques-unes des vertus

de l'espèce sauvage; mais tout se passe comme s'il avait voulu les

concentrer dans ses fruits d'or, d'émeraude, ou d'améthyste... Je

suis né au pays des prunes, et je ne puis que me féliciter de les voir

revenues à la mode : ce sont des délices bourrées d'énergie, tant frais

(prunes) que secs (pruneaux), tant cueillis et mangés sur l'arbre que

transformés en confitures délectables.

Les prunes fraîches doivent être plus particulièrement recommandées

aux rhumatisants, aux goutteux, à ceux qui souffrent de calculs uri-

naires, à ceux qui sont affligés d'artériosclérose, aux constipés et

aux malades du foie; crues, elles sont mal supportées par quelques

estomacs délicats; mais cuites, elles conviennent à tout le monde.

L'amande contenue dans leur noyau, comme celle de la pêche, est

toxique.

Les pruneaux (secs , demi-secs), quant à eux, sont connus depuis

I'Antiquité romaine pour leur richesse en matières énergétiques,

pour l’aide qu'ils apportent au foie, et pour leur activité contre la

constipation ils forment le plus doux des laxatifs que je connaisse

(si les fleurs de prunellier constituent le plus économique). Leur action

n'est pas ponctuelle : elle dure, et elle n'est pas suivie d'une aggrava-

tion du mal, comme c'est trop souvent le cas avec certains médica-

ments chimiques. Il est certes plus agréable de consommer les pruneaux

bien pleins de sucre, bien délicieux, ou leur jus, Ionguement élaboré

au grand soleil; mais les puristes prétendent, non sans raison, que

c'est d'abord la cellulose des fruits qui assure le dégagement de

I'intestin; en conséquence, ils recommandent de faire cuire trois fois

ces fruits dans trois eaux différentes, afin de n’avaler que la bouilli

insipide qui en résulte.

 

 

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site