Psychanalyse et chamanisme

 


Psychanalyse et chamanisme

 

 




1. Notions de psychanalyse:

Freud était un psychologue, un véritable guérisseur.
Il a découvert que la conscience (le cerveau), l'intellect, n'est pas le vrai maître à bord.
Il existe une partie de l'Homme qui est inconsciente.
Et cette partie fait fonctionner la conscience.
Son extraordinaire ouvrage: Introduction à la psychanalyse apporte des bases précieuses.

Cette découverte, n'en est pas une!
Car la plupart des médecins traditionnels du monde, savaient que la conscience n'est qu'une île, l'inconscient étant l'océan.

Lorsque le guérisseur du Yémen, explique que la conscience, qui dirige le corps (Terre), organisée par le cerveau, n'est que le deuxième élément (Eau), cela signifie que le troisième élément dominé par le foie, l'Air, est l'inconscient.
Et quand Freud sous-entend que l'homme sain est un homme dont la sexualité est épanouie, c'est le plan du Feu, l'amour.

Mais le prodige de Freud, c'est d'apporter à un Occident plongé dans l'intellect, dans le cérébral, que la conscience n'est qu'une partie de l'homme dépendante d'un inconscient beaucoup plus vaste.

Le plan cérébral, l'intellect est dirigé par le plan émotionnel.
Et le plan émotionnel est lui-même configuré en fonction de l'amour.

N'avez-vous jamais perdu partiellement conscience sous la colère et déclaré des insultes à quelqu'un?
L'émotion, la colère, a dominé votre conscience, l'a fait partiellement disparaître.

Enfin, ne dit-on pas que l'amour est une émotion subtile?
Evidemment car elle appartient plus au plan de la sexualité que du plan de l'émotionnel.

Le Feu, ce qui nous anime, ce qui nous rends vivant, joyeux et nous rends capable de surmonter les contariétés, c'est l'amour.
C'est le désir!

Que ne ferions-nous pas par amour?

Lorsque Freud parle du " moi ", il sous-entend, la conscience, l'intellect.
Et quand il parle du " ça ", c'est l'inconscient en tant que partie faisant naître les émotions.
C'est l'inconscient.

Et entre l'inconscient et le Moi (conscience), il y a un gardien!
Le  "surmoi"!

Le surmoi est celui qui structure la conscience, celui qui filtre, il permets à la conscience d'exister.

Lacan, successeur de Freud, va reprendre ces trois constituants de la personnalité et parler de l'Imaginaire (Moi) car le Moi est l'esclave qui se prend pour le maître; du Réel (ou "ça" car il trahit les véritables tendances de l'Homme); enfin du Symbolique (ou Surmoi car cette entité utilise les symboles pour protéger la conscience des messages de l'inconscient).

Pour mieux comprendre se pencher sur le livre de Nasio: Le plaisir de lire Freud.

Ainsi le Surmoi protège la conscience des messages de l'inconscient.
Mais cette défense n'est pas forcément adaptée.
Si elle permet à la conscience de contrôler les pulsions, elle peut empêcher l'homme d'écouter son inconscient fournisseur d'équilibre.

Mais il y a un quatrième terme, un autre constituant: l'amour!
Cet amour c'est le désir.

Le désir a un but, un objet ou un sujet qui nous rends heureux.
Lacan l'appelera l'objet petit a.
Il est énigmatique, c'est comme une inconnue, un petit x dans une formule mathématique.

Cet objet a, quand il s'incarne dans une femme, devient la source de notre désir et de notre joie.

Qu'est-ce que c'est que cet objet a ?
C'est l'archétype!
Chez un homme, c'est l'Anima; chez une femme c'est l'Animus (il s'incarnera généralement dans un homme).

L'Anima ou l'Animus sont les archétypes qui s'incarnent dans la femme ou dans l'homme aimé et qui cause le désir!
L'objet cause du désir, l'objet qui cause le désir c'est l'archétype.

L'archétype est une notion Jungienne, proposée en Occident par Jung, un autre grand guérisseur.

L'inconscient pensé par Freud n'est que l'Ombre pensé par Jung.
Le "ça" de Freud n'est qu'une partie d'un inconscient plus vaste encore: l'inconscient collectif.

L'Ombre est entre l'archétype qu'est l'Anima et le Surmoi.
L'Anima est la source d'un message inconscient qui est traduit en symboles par le Surmoi.
La libido, l'énergie sexuelle, le désir, est organisée grâce à l'Anima.

C'est le Feu en l'homme!

Mais Jung va établir, plus encore!
Il existe selon lui, une composante au-delà de l'amour, du désir.
C'est le Soi, l'Archétype avec un grand A.
il est le grand organisateur de la conscience et de l'inconscient.

L'inconscient est organisé par le Soi!
Quand on atteint le Soi, il n'y a plus de on, justement!
Quand on l'atteint on est en Dieu, on est dans la lumière et le bonheur!

Le Soi est lumière et bonheur.
Le Soi est le Dieu en l'Homme.
C'est la lumière solaire en nous.

Dans cet endroit d'intense lumière, l'égo n'est plus.
Dieu, l'Absolu, comble.
Dieu est source de joie indescriptible.

L'amour, la libido, est issue du Soi.
Le Soi est le Dieu visible, le Soleil.
Si le Soleil est masculin, il existe Dieu qui est... féminin!
En fait Dieu n'est ni masculin ni féminin, il est l'énergie!

Il existe un monde où tout est unifié, le un, le Soi!
Le Soi est plongé en Dieu.
Voir le monde divisé, en parties, c'est être dans l'intellect.
En réalité nous sommes Un.
Tout comme la cellule (la conscience) et le corps (le Soi).

Le mystique est celui qui fusionne avec le Soi et sent Dieu.
Il ne régresse pas vers la mère, il dépasse celle-ci pour atteindre la source!

Ainsi Lacan va s'efforcer de montrer que le désir va de signifiants en signifiants (de signes qui n'ont pas de sens pour la conscience).
Dès que le signifiant devient signe, que la conscience découvre le sens du signifiant, un autre signifiant apparaît.
C'est pour cette raison que le désir est glouton, il nous fait aller d'un objet à un autre.


Pour Freud, il s'agit à l'homme trop fier de son intellect de redevenir joyeux grâce à la femme.
Pour Jung, il s'agit à l'homme de tous les jours, amoureux, de découvrir qu'il existe un autre amour, le grand Amour, le Soi.
L'Homme plongé dans le Soi ne cherche plus à satisfaire un désir possessif.
Après la rencontre avec le Soi, l'homme ne peut plus désirer Dieu à l'extérieur de lui-même.


2. le chamanisme:

 

 



Place maintenant à l'extrait du précieux ouvrage dirigé par Isabelle Célestin-Lhopiteau: Changer par la thérapie.

Interview de Tatiana Vassilyevna Kobejikova, chamane khakasse, Fédération de Russie

"Je m'appelle Tatiana Vassilyevna Kobejikova. Je suis une chamane
de la région sibérienne de khakassie, dans le district de Krasnoyarsk,
Fédération de Russie. Je fais partie d'une famille de chamanes, mon
grand-père mais aussi ma grand-mère étaient chamanes... et notre famille
est liée au chamanisme même si pendant les années soviétiques, mes
grands-parents le cachaient et se cachaient car ils avaient peur de la
répression des Soviétiques contre les chamanes. La naissance d'une
autre chamane dans ma famille était prévue, et ce fut moi.
J'ai été désignée chamane par les esprits et ma naissance fut inhabi-
tuelle, car je suis née sur un bateau et les gens qui ont aidé ma mère à
accoucher étaient des bohémiens. À neuf rnois j'ai été en état de mort
clinique et à nouveau à 33 ans j'ai eu un coma : tout cela est, ce qu'on
appelle, la maladie des chamanes. Depuis que je suis toute petite, je
peux capter I'odeur d'un animal, même s'il est loin et que je suis chez
moi à l'intérieur, je peux dire que là, il y a un cerf ou un chevreuil
ou encore quelqu'un, parce que je sens I'odeur. Dans mon enfance,
ma tante et I'oncle de mon père m'ont appris, entre autres, à utiliser
les herbes et I'eau, à conduire un rituel et à faire connaissance avec
les esprits. Petite je pensais au début que tout le monde pouvait voir
les esprits, car ils m'apparaissaient si clairement : ils sont souvent très
différents de nous, certains sont comme les gravures que I'on voit ici
tout au long du fleuve, anthropomorphes, zoomorphes ou tout cela à la
fois, composites. Je voyais constamment un arrière-arrière grand-père du
temps de Catherine II, un chamane très connu, appelé Pokan qui. selon
la légende, aurait officié auprès de la Grande Catherine. Je n'ai pas peur
des esprits. Je n'ai pas peur de leur monde.

Est-ce que tu peux me parler des esprits et de leur monde ?

Chez nous, existent trois mondes superposés principaux : le monde d'en
haut, le monde des humains et le monde d'en bas :

Le monde d'en-haut comprend neuf niveaux où habitent des hommes-
dieux. De bas en haut, il y a :

Le 1er niveau : Pour accéder à ce niveau où on devient homme-dieu, il
faut faire quelque chose d'extraordinaire, par exemple être un héros ;

Le 2o niveau : C'est là que des esprits de 1er niveau vont devenir des
esprits qui aident les gens, des sortes d'anges-gardiens ;

Le 3o niveau : C'est le lac de lait. Il s'y trouve un dieu (le chef
des esprits) qui, lorsque quelqu'un meurt, décide de sa prochaine
réincarnation et si cette personne va être intégrée au lac de lait. Une
personne doit vivre 99 vies pour atteindre ce niveau, sauf si elle a fait
des actes extraordinaires qui font sauter les étapes, les réincarnations ;

Le 4o niveau : C'est là qu'habitent les dieux de la Terre, de I'Eau,
du Vent et du Feu. Chaque personne a ces quatre esprits en soi, en
équilibre. Le rôle du chamane est de rétablir les équilibres rompus
entre ces quatre éléments, à travers des rituels. Le chamane va choisir
tel ou tel rituel en fonction s'il faut enlever du feu, de la terre chez
telle personne ;

Le 5o niveau : C'est celui des dieux des quatre directions (Nord, Sud,
Est, Ouest), plus puissants encore que les précédents ;

Le 6 o niveau : C'est là que se trouve la maison du Dieu qui officie au
3o niveau, et qui peut être gentil ou pas. On I'appelle TChargytchie =
" celui qui juge " ;

Le 7o niveau : C'est celui de la Déesse Oumay, femme-oiseau qui
règne sur les femmes et les enfants ;

Le 8 o niveau : On y trouve le Dieu-soleil Oulgègne, un anthropo-
morphe, avec une couronne solaire ;

Le 9 o niveau : C'est celui du Créateur de Tout, Khan Tigr. C'est
I'Absolu, il n'a pas d'image, car c'est impossible de le représenter. Il a
créé tout, les montagnes, les rivières, les peuples. À chaque peuple il a
donné une langue et un pays. Il a aussi créé les autres dieux, ainsi que
le dieu des enfers Erlik Khan.

Un chamane très puissant peut accéder à ces 9 niveaux.

Le monde d'en-bas, ce sont les Enfers : Erlik Khan en est le dieu. Au
début, il n'y avait pas d'enfer, mais Erlik est devenu méchant, il ne
respectait ni Khan Tigr ni les autres dieux. Alors, Khan Tigr l'a projeté
en bas, prenant un bâton, faisant un trou dans la terre, créant I'enfer sous
terre et l'y poussant. Il y a 7 niveaux de I'Enfer, avec pour chaque niveau
leurs propres dieux.

Un homme ce n'est pas le corps seulement mais aussi des esprits. Un
homme porte en lui l'équilibre de ces 3 mondes et quand il y a un
déséquilibre chez quelqu'un, cela se répercute dans les autres mondes.
On fait alors appel au chamane pour redonner l'équilibre à la personne,
pour assurer I'harmonie entre les mondes. Pour moi, le principe de base
du chamanisme, c'est I'harmonie et l'équilibre.

Le corps n'est pes que de la chair. De quoi est fait le corps ?

Chaque être humain n'est pas seulement fait de chair, il est également
composé d'un complexe d'âmes. Il y a trois âmes principales, les âmes
de base, les plus indispensables mais ceftains en possèdent jusqu'à 77.
La première s'appelle l'âme Khoutte. Elle est responsable de l'état
physique de l'être humain, de son corps physique. Par exemple, si un
homme se blesse, s'il a un accident, un trauma, une brulure ou s'il tombe
malade subitement, il se passe la chose suivante : Tout change en lui. Il
apparaît très vite un processus inflammatoire. La température du corps,
I'odeur, les vibrations changent. L' énergie change. L'âme Khoutte ne
reconnait donc plus I'homme dont le visage se tord de douleur. L'âme
Khoutte ne comprend pas ce qui est advenu à son maître, pourquoi il
est devenu ainsi. Elle se détache brutalement et commence à voler, à la
recherche de son vrai maître, tel qu'il était avant, en pleine forme, fort,
beau. Elle finit donc par se détacher.
En même temps, chaque être humain est entouré de bons esprits,
d'esprits-assistants mais aussi des esprits du monde du bas qui lui
tournent autour, les esprits des enfers. Et la souffrance de I'homme est
comme du chocolat, de la marmelade, quelque chose de très bon, de très
doux pour ces esprits du bas. Ils sentent l'odeur de la douleur, et pour
eux c'est de la gourmandise.

Comme l'âme s'est envolée, il y a une place à l' intérieur de I'homme.

Un de ces esprits s'y installe, se nourrit de Ia douleur, c'est bon pour lui.
Il s'endort, se repose et grandit, prend de la force. Il mange la force de la
personne.

Pendant ce temps, I'homme peut guérir, reprendre des forces, mais
l'esprit du monde du bas ne veut pas partir, il siège toujours en lui,
faute d'âme. Il reste en lui, où partirait-il ? Il lui suggère des émotions
mauvaises dont il se nourrit. Il envoûte donc cet homme, commence à
lui dire par exemple : < Quand tu étais malade, ta femme ne s'occupait
pas de toi. tes enfants te causaient tellement de tors. Vas-y, révolte-toi,
montre de I'agressivité, hurle, tape du pied >. Parce que lui, il a faim et
le but de ce mauvais esprit est de continuer à produire la souffrance pour
s'en nourrir, d'envoûter I'homme, de se I'approprier entièrement et de le
captiver.

Alors dans ces cas-là, on fait appel à un chamane. Nous chassons le
mauvais esprit, allons à la recherche de l'âme et la rendons à I'homme.

La seconde âme essentielle est Tchula: c'est l'âme responsable de nos
émotions. Elle peut se détacher également. Voilà ce qui peut se passer :
Un homme dit par exemple : " je viens de perdre un ami très proche, et il
me semble qu'une partie de mon âme s'en est allée avec lui " ou encore :
" j'ai enterré mes parents, ma mère, mon père, et j'ai le coeur gros. C'est
comme s'il me manquait quelque chose, comme si une partie de moi
était partie avec eux. Je suis dans un état dépressif en permanence, je
pleure, je sanglote, je n'éprouve aucun intérêt à la vie ".

C'est l'âme Tchula qui s'est détachée. Le chamane doit récupérer Tchula
dans le monde des morts et la ramener à son propriétaire. Il peut arriver
aussi qu'un homme quitte une femme ou une femme quitté un homme,
et alors une partie de l'âme de la personne abandonnée s'en va avec cette
personne et lui dit en permanence : << Je me sens misérable, c'est si dur,
tu me manques >>. Et en fin de compte, la personne qui a quitté, et sur
laquelle l'âme de la personne abandonnée est accrochée, se sent mal
également. L'âme I'opprime. Il sent les remords.

Ensuite, la 3ème âme essentielle s'appelle Suné et est responsable de
I'harmonie chez chaque être humain. C'est l'âme la plus importante
mais s'il y a un problème avec les deux autres âmes Khoutte ou Tchula,
cela va entrainer une perturbation de l'harmonie de l'âme Suné.

Si l'âme responsable de l'état physique est absente, cette âme peut être
captivée, envoûtée le plus facilement, la désharmonie s'installe. De même
en 1'absence de l'âme des émotions qui auraété captivée ou si celle-ci est
perturbée, par exemple si l'homme est agressif, cet homme se trouvera
en mauvais état, avec une mauvaise harmonie.

Et quand Suné est perturbée ou captivée, on invite soit un chamane
soit une autre personne initiée, afin de restaurer la balance, I'harmonie
intérieure de la personne concernée. Cette notion de < Suné > est très
importante, c'est le fondement, la vérité de l'homme. On dit chez nous
qu'on peut voir si un homme a un bon Suné, cela veut dire que c'est
quelqu'un qui a de bonnes bases, quelqu'un de solide, qui a une vérité
forte, des fondements solides.

Je capte des que quelqu'un entre cet état, son Suné, c'est une sensation,
une sorte d'odeur de l'âme.

Je travaille avec des demandes très différentes. Je soigne les problèmes
de puissance masculine, différentes maladies chroniques les douleurs,
mais pas les cancers.

Quand une personne vient me consulter, je la regarde et vois son Suné,
ses caractéristiques.
Quand une personne entre, on peut tout de suite dire ce qu'elle a, ça
s'entend et ça se voit.
Si elle a un regard éteint, les bras relâchés mollement par exemple, on
sait qu'il y a un problème avec Suné, un mauvais Suné. Par contre si
un homme a une couleur vive des yeux, une peau saine, une bonne
respiration, dans ce cas, on dit que c'est un homme avec de bonnes
bases, inébranlable, un bon Suné. Regarder dans ses yeux, voir comment
la personne respire, observer sa peau, c'est mon moyen pour faire le
diagnostic. Je ne réfléchis pas, je sens ainsi quelles sont les perturbations,
quelle âme manque à la personne en question.
Je vois si une des âmes est absente en observant le regard : on fait le
diagnostic de l'état de la personne d'après ses yeux tout d'abord. On
peut voir des yeux humides, un regard onctueux, un regard flamboyant,
un regard éteint, un regard triste, un regard instable, des yeux en
mouvement... C'est-à-dire on peut connaître un homme grâce à ses
yeux. Quand le feu des yeux s'est éteint, cette personne est perdue
définitivement, c'est-à-dire, le chemin de sa vie arrive à sa fin.

Le diagnostic se fait aussi en fonction de la prédominance de tel ou tel
élément. Par exemple on peut regarder la personne et voir qu'elle a un
regard flamboyant, et tout de suite on sait qu'il y a dominance en lui de
l'élément du feu. Il faut savoir comment les éléments eau, feu, terre, air
sont présents en lui pour savoir aussi pourquoi il n'y a pas une certaine
harmonie.

Le paramètre suivant c'est la respiration. L'état de Suné, I'harmonie
se perçoit par la respiration : Par exemple, I'homme peut avoir une
respiration saccadée, lourde ou légère, une respiration claire, de la même
manière qu'un regard lucide, Observer la respiration permet aussi de
faire les diagnostics.
Observer la peau est un autre moyen pour diagnostiquer. On peut avoir
une peau humide, grasse, sèche.
Et en fonction de tout cela on commence le soin. D'abord le diagnostic,
puis, le rétablissement d'équilibre, avec le rituel de retour de l'âme.

Quand quelqu'un viens avec une douleur chronique, c'est un problème à
quel niveau pour toi ?

Je regarde les éléments, feu, air, etc., chez la personne. Et puis, soit avec
l'aide des esprits, soit ça se passe à I'intérieur de moi, je perçois ce qui
manque chez I'homme. Certaines choses peuvent être en rapport avec
ses vies antérieures, avec ses ancêtres, certaines liées à l'état actuel. La
personne peut tout simplement avoir manqué d'amour en enfance. Ses
parents étant occupés, prêtaient peu d'attention, avaient donné peu de
caresses, et cela provoque des maladies chez I'homme aujourd'hui.

Quand tu dis, tu perçois, qu'est ce que cela veut dire ?

C'est difficile à expliquer, c'est juste que je n'y pense jamais, ça se
fait c'est tout... Je ne sais pas si on peut appeler cela la clairvoyance
ou pas... Mais juste... quand la personne vient me voir, j'examine entre
autre ses états antérieurs, c'est-à-dire ce qu'il était en enfance. Parfois
je raconte que " voilà, tu jouais à tel et tel moment. Il t'est arrivé une
telle situation. Après cette situation tu es soit devenu craintif, soit tu as
commencé à avoir pitié pour toi-même, à te plaindre sur toi-même. Le
résultat, tu es resté bloqué là-dessus. Une partie de ton âme est restée
là-bas et cela a provoqué une maladie d'articulations par exemple. Ou
bien tu as commencé à faire quelque chose qui ne te faisait pas plaisir,
quelque chose que tu ne voulais pas faire, mais tu t'es forcé à le faire
tout en t'écrasant. Cela a provoqué un spasme. Ce spasme écrase certains
muscles qui eux bloquent des nerfs, et tout cela donne une inflammation
de telle ou telle partie du corps ".

Que se passe-t-il pendant les rituels de soins ?

Comment cela se passe ? Ca dépend du rituel et la façon dont ça va se
passer dépend de chaque personne, chacun a sa propre histoire de vie. Je
me base là-dessus afin de rechercher une âme. Pour certains rituels, un
esprit va me posséder, rentrer dans mon corps ; je peux être un oiseau, un
ancêtre, un esprit... Je ne comprends pas à ce moment là ce qui se passe,
parfois même j'ai peur ... Pour d'autres rituels, ce n'est pas le cas, les
esprits ne sont pas dans mon corps mais autour et je leur demande de me
guider. Par exemple quand l'âme Khoutte ou Tchula s'est détachée du
corps du patient, et qu'un mauvais esprit s'est installé à sa place dans le
corps du patient, nous les chamanes chassons ce mauvais esprit, allons à
la recherche de l'âme et la rendons à I'homme. L' âme peut être attrapée
par les esprits du monde bas mais parfois aussi par des initiés capables
de le faire ou coincée dans des mondes intermédiaires. Il faut que je fasse
un rituel et que je descende dans le monde d'en bas si ce sont les esprits
du monde d'en bas qui ont capturé l'âme. Quand la personne vient me
voir et que je commence à travailler avec elle, en accomplissant le rituel,
je demande à mes esprits de trouver I'endroit où se trouve son âme et
de préparer le chemin pour moi. Les esprits me montrent le chemin. Ce
sera le chemin que j'emprunterai. Des fois, je peux voir que le chemin
passe à travers le feu, alors je saute dans le feu et je continue le chemin...
dans la réalité, pas mentalement. Des fois il m'arrive d'entrer dans I'eau
jusqu'aux genoux, des fois je me déshabille...

Quand tu sautes dans le feu, tu sais ce que tu fais ?

Si on a besoin d'attraper une âme, tout chamane, si c'en est un vrai,
travaille pour atteindre un but, avoir un résultat, comme dans n'importe
quel autre travail. L' objectif principal de chaque chamane est de rendre
l'âme à la personne afin que cette personne guérisse, afin qu'elle cesse
de souffrir, d'être malade, qu'elle ait à nouveau I'intérêt pour la vie. Le
moyen d'atteindre ce but quand je commence à accomplir un rituel, je ne
peux jamais le planifier. Je ne sais pas en avance ce qu'il y aura à faire...
Ce sont des choses qui, très souvent, ne dépendent pas de moi. C'est
justement quand les paroles du rituel et le tambour me mettent dans un
état particulier que je peux sauter dans I'eau ou dans le feu. Et je n'ai
rien, ni brûlure, ni autre chose. Je peux aussi prendre un couteau, me
faire une coupure sur la main et il ne restera qu'une égratignure après.

Es-tu en transe ?

Mais le mot " transe " je ne sais pas... ce qui se passe, je vis assez
longtemps dans un monde parallèle. C'est-à-dire tout en étant assise ici
je peux parler avec les esprits là-bas et leur expliquer pourquoi je me
prépare à accomplir des rituels, qui sont les gens que j'ai accueillis. Ce
n'est pas parce que je dois leur demander I'autorisation mais parce que
ça les intéresse. C'est pour ça que je leur explique, parce qu'en parlant
des gens qui viennent me voir pour guérir, la souffrance de ces hommes
touche les esprits.
La première partie du rituel est toujours la même, les mots qui démarrent
le rituel sont immuables toujours les mêmes, je bats du tambour, parfois
il y a de la vodka ou I'alcool de lait I'Airan Arake ... mais ensuite
rien n'est prévisible, rien ne s'imagine à l'avance, les choses qui se
passent deviennent indépendantes de ma volonté. Ce qui se passe à ce
moment-là, quand ce n'est plus ta volonté qui dirige, c'est un voyage, une
aventure, qui ne dépend en aucun cas de toi. Je suis étonnée... toujours...
Je ne suis pas très imaginative de manière générale... et tout ce qui
se passe m'étonne, tellement il se passe de choses. Chaque rituel est
une vie entière, un grand voyage, qui pourrait faire l'objet d'un livre,
d'une nouvelle. Parce qu'en un très court intervalle de temps, en I'espace
d'une, deux heures, parfois 24 heures, on peut vivre une aventure pendant
laquelle on peut se marier, accoucher en cours de route, combattre
quelqu'un, etc. Mais ce n'est jamais prévisible.

Les esprits se trouvent en toi ou autour de toi ?

Les esprits sont autour de moi. Il y en a autour de moi à qui je peux
juste dire comme si c'était ma petite fille, Tania: < Apporte de l'eau,
donne ceci, fais cela >. Et il y en a d'autres que je rassemble moi-
même. Je commence le rituel avec une chanson en particulier, avec
un rythme particulier de tambour. Et j'appelle alors certains esprits, qui
m'assisteront pendant tel ou tel voyage.
J'ai été initié pour faire le rituel mais il y a un autre moyen de connais-
sance ici. Ici, on est dans une région où il y a beaucoup de gravures
rupestres et je pense que ces peintures rupestres, c'est des lois gravées,
des livres non-édités des connaissances chamaniques. Pour moi ces pein-
tures rupestres, elles parlent, c'est-à-dire elles me racontent la création
du monde, quand je les touche et reste à côté d'elles. C'est le manuel
du chamane. C'est la transmission de connaissances, d'informations
anciennes qui existaient avant, aux chamanes d'aujourd'hui comme moi.
Comment les chamanes faisaient avant et ce qu'il faut faire aujourd'hui.
C'est comme une lettre du passé pour moi. C'est pour ça que je viens. Je
fais souvent des rituels sur les pétroglyphes, dans beaucoup d'endroits
sacrés de Khakassie. Chaque rituel est particulier. Mais quand je fais
un rituel sur les dessins rupestres, c'est un rituel pour les ancêtres et les
gens qui ont transmis ce message du savoir. Cela éveille la sagesse, ma
connaissance.

Ce dessin rupestre explique quelles actions le chamane doit entreprendre
et quelles actions il faut entreprendre. Il peut y avoir des dessins de tels
animaux ou d'esprits anthropomorphes. ce qui montre avec quels esprits
d'animaux ou quels esprits anthropomorphes il faut collaborer, pour
ramener l'âme de I'homme. Il y a souvent aussi I'image d'un soleil, d'une
lune ou d'une demi-lune, ou d'une éclipse et cela indique à quel moment
de I'année, en quelle saison, du mois, du jour faire le rituel, collaborer
avec tel esprit. Ces dessins rupestres sont des sortes de calendrier. Le
travail du chamane, c'est avec les gens mais aussi avec I'univers autour
en général. C'est ce que montrent ces dessins rupestres.


                                                *

Il suffit de traduire esprits par complexes (le complexe est la source inconsciente des émotions, des affects) pour comprendre ce que dit la chamane!

Le premier niveau c'est les idoles.
Le deuxième c'est les anges-gardiens ou complexes positifs.
Le troisième: le lac de lait dans de nombreuses traditions chamaniques c'est la Voie Lactée.
Le chef des esprits, c'est certainement le Surmoi!

Le quatrième niveau c'est les archétypes des quatre éléments.
Le cinquième les archétypes des 4 directions.
Le sixième c'est l'archétype du Vieux Sage ou celui qui juge.
Ou alors est-ce l'Animus?

Le septième c'est l'Anima, archétype de la déesse.

Le huitième c'est le Soi, archétype de l'ordre. c'est comme le soleil: il organise la conscience (terre) et l'inconscient personnel, l'Ombre (lune).

Le 9ème, c'est celui de l'Absolu, de Dieu. C'est la source de la lumière solaire (soleil) et du bonheur en l'Homme (le Soi).

L'âme Khouttu est-elle la conscience, l'intellect, qui disparaît lorsque la douleur est trop vive?

Tchula est-elle l'âme (qui relie l'Homme au Soi)? c'est-à-dire l'Anima!

Le dépressif est celui qui a perdu ce qui le rendait heureux, ce qui le plongeait dans le bonheur.
Sans sa femme il n'y parvient plus et devient triste.

Sumé est l'Esprit, l'Ordre en l'Homme, le bonheur, la lumière en l'Homme.


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site