Fumeterre, achillée:vermifuge

 

EFFICACITE D’UNE PREPARATION D’ACHILLEE ET DE FUMETERRE SUR LES STRONGLES DIGESTIFS D’UN ANE.

 

Voici une observation réalisée sur un âne de 250 kg.

Il pâture sur une prairie non fertilisée, délimitée par des ronces.

Il y a des arbres sur sa parcelle, des chênes surtout.

 

Il n’a jamais reçu de vermifuges de synthèses.

Pour déterminer l’efficacité de deux plantes, l’achillée millefeuille et la fumeterre (fumaria officinalis), je prélève des crottins juste produits par l’animal et les envoie chez le vétérinaire.

Ils sont ensuite transmis au Laboratoire des Pyrénées à Lagor.

 

J’obtiens le premier résultat avant tout traitement : 1552 oeufs de strongles digestifs par grammes de fèces.

 

Je donne alors un mélange d’achillée et de fumeterre (20 grammes de chaque par jour) et de miel ou de maïs pour que l’âne absorbe facilement la préparation.

Les plantes sont sèches et proviennent de la Pharmacie du Père Blaize.

 

Une semaine après l’absorption journalière de ces plantes, je prélève à nouveau des crottins.

Ils sont portés aux vétérinaires de Lembeye.

Enfin, ils sont analysés aux laboratoires de Lagor.

 

C’est le deuxième résultat : 1000 œufs de strongles digestifs par gramme de fèces.

Il y a aussi présence moyenne de strongles respiratoires.

 

C’était la fin du traitement.

 

Une semaine après l’arrêt du traitement, je porte des crottins juste excrétés au vétérinaire.

Le laboratoire des Pyrénées réalise alors l’analyse.

 

C’est le troisième et dernier résultat : il n’y a plus d’œufs de strongles digestifs.

Par contre la présence de strongles respiratoires reste moyenne (++).

 

Les plantes ont donc une action redoutable sur les strongles digestifs.

Par contre ces plantes n’éliminent pas les strongles respiratoires.

 

Pourquoi ces plantes ont-elles été choisies ?

 

Parce que des études valident leur action sur les strongles digestifs des ruminants.

On peut noter l’efficacité de la fumeterre variété parviflora (dont la composition est très proche de celle d’origine européenne) d’après Al-Shaibani et al. (Anthelmintic activity of Fumaria parviflora (Fumariaceae) against gastrointestinal nematodes of sheep.).

Et également l’action de l’achillée d’après Tariq et al. (Anthelmintic efficacy of Achillea millifolium against gastrointestinal nematodes of sheep : in vitro and in vivo studies).

 

Ces plantes sont très actives et peuvent être administrées chez les femelles gestantes.

Même l’achillée car ce n’est qu’à des doses très fortes qu’elle pourrait devenir abortive.

Cette observation ne s’est faite que sur un âne et sans groupe contrôle.

Elle n’a donc comme intérêt que le fait d’encourager l’utilisation de plantes pour limiter le parasitisme.

 

2 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×